•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 330 nouvelles mines d’ici 2035 pour les batteries de véhicules électriques

Une mine entourée d'une rivière et d'arbres.

Une firme estime que 336 nouvelles mines, selon le meilleur scénario, devront être ouvertes d'ici 2035 pour répondre à la demande de minéraux destinés aux véhicules électriques.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Radio-Canada

La demande croissante pour des batteries de véhicules électriques (VE) nécessitera l'ouverture de plus de 330 nouvelles mines dans le monde, selon les nouvelles prévisions d'un analyste minier.

Au moins 384 nouvelles mines de graphite, de lithium, de nickel et de cobalt seront nécessaires pour répondre à la demande de véhicules électriques d'ici 2035, estime la firme de consultants Benchmark Mineral Intelligence.

Par contre, si les matériaux des batteries peuvent être recyclés en quantité suffisante, cette firme indique qu'il faudra environ 336 nouvelles mines.

Andrew Miller, directeur de l'exploitation de Benchmark, affirme qu'il n'est pas surpris par l'ampleur de ces chiffres.

Lorsqu’on parle de la demande de VE, les prévisions font état d'une augmentation. Nous publions nos prévisions chaque trimestre et ce chiffre n'a fait qu'augmenter, explique-t-il.

Selon M. Miller, le monde entier est en train de rattraper la Chine en ce qui a trait à la demande de véhicules électriques.

Les constructeurs automobiles traditionnels comme General Motors, Volkswagen et Hyundai ont également commencé à proposer davantage de véhicules électriques.

À l'exception du cobalt, M. Miller croit qu'il y a suffisamment de minéraux dans le sol pour répondre à la demande croissante de batteries, mais l'ouverture de nouvelles mines peut prendre des années.

Il existe toutefois des batteries lithium-fer-phosphate qui n'ont plus besoin de cobalt.

Le Canada a un potentiel énorme : beaucoup de sites potentiels pour des mines de lithium sont en cours de développement au Canada, ajoute-t-il.

Les crédits d'impôt américains, un avantage pour le Canada

La batterie électrique d'une voiture.

Le virage vers les voitures électriques nécessite beaucoup de métaux rares.

Photo : getty images/istockphoto / Aranga87

M. Miller affirme que les nouveaux crédits d'impôt prévus par la loi américaine sur la réduction de l'inflation vont profiter au Canada, car ces crédits s'appliquent aux véhicules construits en Amérique du Nord, qui utilisent des minéraux extraits aux États-Unis ou chez ses partenaires de libre-échange.

Selon M. Miller, le recyclage des batteries pour récupérer leurs métaux deviendra plus courant à mesure que la demande augmentera et que l'industrie minière aura du mal à suffire à la production de batteries neuves.

Il prône aussi une prise de conscience environnementale dans le milieu.

Je pense qu'une énorme occasion pour la nouvelle génération de mineurs et de fournisseurs sur le marché des VE est de s'assurer que les choses sont faites de manière durable, ajoute-t-il.

Il s'agit d'adopter de nouvelles méthodes et de nouvelles pratiques, d'établir des références en matière d'énergie propre sur le site ainsi que pour l'énergie utilisée afin de s'assurer que les matériaux qui alimentent cette révolution des VE soient durables et extraits de manière responsable, explique Andrew Miller.

Steve LeVine, rédacteur en chef de The Electric, un blogue spécialisé dans les véhicules électriques et dans les batteries au lithium-ion qui les alimentent, croit qu'il est peu probable que les constructeurs automobiles soient en mesure d'atteindre leurs prévisions pour les véhicules électriques alors que la demande continue d'augmenter.

Selon lui, les mines actuelles ne pourront pas répondre à la demande future.

À la fin de la décennie, on souhaite construire de 25 à 40 millions de VE si on compte l'industrie chinoise et Tesla, affirme M. LeVine.

Il y a assez de nickel pour en fabriquer 13 millions, dit-il.

Avec les informations de Jonathan Pinto, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !