•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un tireur fait 15 morts dans une école en Russie

Un agent de police surveille le périmètre de sécurité après une fusillade dans une école d'Ivejsk.

L'assaillant s'est suicidé, selon le Comité d'enquête de Russie.

Photo : Reuters

Agence France-Presse

Au moins 15 personnes ont été tuées, dont 11 enfants, au cours d'une fusillade dans une école d'Ijevsk, dans le centre de la Russie, un « attentat terroriste inhumain » selon le président Vladimir Poutine.

Le président regrette profondément la mort de personnes et d'enfants dans cette école où un attentat terroriste a été perpétré, a indiqué à la presse le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

À la suite du crime, 15 personnes sont décédées, dont onze enfants et quatre adultes [et] 24 autres blessées dont 22 enfants et 2 adultes, a indiqué dans l'après-midi le Comité d'enquête, revoyant son bilan précédent à la hausse. Le président souhaite la guérison aux blessés de cet attentat inhumain, a ajouté le Kremlin.

Le suspect, qui s'est suicidé selon les enquêteurs, portait un pull noir à la symbolique nazie et une cagoule. Il s'agit d'un ancien élève de cette école, Artiom K., né en 1988, ont-ils précisé dans un communiqué séparé.

On vérifie s'il était adepte des positions néo-fascistes et de l'idéologie nazie, selon la même source.

Les enquêteurs ont également publié une vidéo montrant le corps d'un individu allongé sur le sol, du sang autour du crâne.

Les faits se sont déroulés dans la matinée dans l'école n°88 de cette ville située juste à l'ouest du massif de l'Oural, chaîne montagneuse qui sépare la Russie européenne et asiatique. Cette cité abrite toujours les usines fabriquant les fusils d'assaut Kalachnikov.

Le site de l'établissement scolaire indique qu'il compte près de 1000 élèves et 80 enseignants.

Selon le gouverneur de la région, Alexandre Bretchalov, l'assaillant a tué le garde avant d'ouvrir le feu à l'intérieur de l'école.

La police et les membres des services d'urgence travaillent près du lieu de la fusillade dans une école d'Ijevsk.

La police et les membres des services d'urgence travaillent près du lieu de la fusillade dans une école d'Ijevsk.

Photo : Reuters

Le gouverneur s'exprimait, visiblement ému, dans une vidéo réalisée devant l'école. Derrière lui, on pouvait voir des personnels médicaux entrer dans le bâtiment au pas de course, certains transportant un brancard.

Des enquêteurs, des criminalistes et des experts du Comité d'enquête russe travaillent sur place, a déclaré dans l'après-midi le président du principal organe d'investigation du pays, Alexandre Bastrykine.

Selon le ministère de la Santé, 14 équipes d'ambulanciers sont aussi sur le site et un groupe de médecins doit se rendre à Ijevsk pour aider les victimes.

Une enquête pour meurtre et port illégal d'armes a été ouverte.

Coups de feu dans un centre de recrutement

La fusillade de lundi intervient dans un climat tendu dans de nombreuses régions de Russie, sur fond de mobilisation militaire de centaines de milliers de réservistes pour l'offensive russe en Ukraine.

Lundi également, un homme a ouvert le feu dans un centre de recrutement de l'armée russe en Sibérie, blessant grièvement un militaire.

Autrefois rarissimes, les fusillades mortelles, notamment dans des écoles, ont tendance à devenir plus nombreuses en Russie depuis quelques années. Le président Vladimir Poutine s'en est d'ailleurs alarmé, y voyant un phénomène importé des États-Unis et un effet pervers de la mondialisation, ce qui l'a conduit à durcir la législation sur le port d'armes.

En avril, un homme avait ouvert le feu dans une école maternelle et tué deux enfants ainsi qu'une institutrice, avant de se suicider, dans la région d'Oulianovsk, aussi dans le centre de la Russie.

La fusillade la plus meurtrière remonte à octobre 2018. Un élève avait alors tué 19 personnes avant de se donner la mort dans une école de Kertch, dans la péninsule annexée de Crimée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !