•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Victime de son succès, une boulangerie de Calgary ferme ses portes

Thomas et Sunny park sourient devant le comptoir de leur boulangerie.

Thomas et Sunny Park sont en paix avec leur décision de fermer leur boulangerie à Calgary.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Leblanc

Radio-Canada

Une boutique peut-elle être trop populaire? Pour les propriétaires de la boulangerie Bread Culture à Calgary, la réponse est oui. Le couple a préféré fermer son commerce plutôt que de tenter de répondre à la pression toujours plus forte de la demande.

Nous avons sous-estimé le travail. La croissance de notre entreprise prend toute notre énergie, explique Sunny Park, la copropriétaire.

La boulangerie n’avait pourtant pas démarré sous les meilleures conditions. Même si le plan d’affaires était prêt depuis plusieurs mois, Bread Culture a ouvert ses portes en juin 2020, au début de la pandémie et des restrictions sanitaires.

Les fournées de pains et de pâtisseries ont toutefois rapidement trouvé du succès. Un an après l'ouverture, le couple accumule des semaines de 100 heures de travail pour répondre à la demande des clients.

Nous sommes ouverts seulement 2 à 3 jours par semaine, mais nous travaillons ici tous les jours, explique le copropriétaire Thomas Park. Les clients ne comprennent pas à quel point c’est un travail difficile.

Le comptoir de la boulangerie Bread Culture à Calgary

La boulangerie Bread Culture aura été ouverte pendant un peu plus de deux ans.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Leblanc

La boulangerie ne correspondait plus non plus à la vision de leurs débuts. Nous voulions être une petite boulangerie de quartier. Mais à cause de la demande toujours plus grande, toute notre énergie va à la production de pain et de croissants. C’est épuisant et notre concept a changé, résume Thomas Park.

À côté de lui, Sunny Park opine. Elle a l’impression d’avoir perdu peu à peu ce qu’elle préférait : le contact avec le client. La fermeture est donc douce-amère.

Nous avions tellement de clients qui nous aimaient. Je suis désolée pour eux. Mais pour nous, cela va nous donner du temps pour penser au futur, explique-t-elle.

Le couple espère pouvoir continuer à améliorer ses talents de boulanger et pâtissier sans menacer sa santé.

D'après les entrevues de Marc-Antoine Leblanc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !