•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : une mère porte plainte contre la Commission scolaire de Vancouver

Un système de filtration d'air près d'un mur d'une classe.

Tracy Casavant demande à obtenir un document certifié d'un ingénieur prouvant que les mesures de filtration de l'air en place sont adéquates.

Photo : CBC / Robert Short

Radio-Canada

Une mère de deux enfants scolarisés à l’école primaire a porté plainte auprès de l’Association des ingénieurs professionnels et géoscientifiques de la Colombie-Britannique contre la Commission scolaire de Vancouver au sujet des mesures prises pour diminuer le risque de propagation de la COVID-19 dans les écoles.

Tracy Casavant a demandé à la Commission de lui fournir un document authentifié par un ingénieur certifiant que la ventilation et les mesures de filtration de l’air appliquées dans les écoles étaient adéquates.

Lorsqu’après plusieurs mois de correspondance, elle n’a pas réussi à obtenir ce document, la mère de famille a déposé sa plainte.

J’aimerais avoir la garantie d’un professionnel que le bâtiment est sécuritaire, a indiqué Mme Casavant. Je veux aussi comprendre ce que sécuritaire veut dire d’un point de vue technique. Ce sont des questions importantes pour un parent immunodéprimé.

Un porte-parole de la Commission scolaire a confirmé être au courant de l’existence de la plainte et que les procédures nécessaires seront suivies auprès du régulateur.

Nous sommes certains que cette plainte est sans mérite puisque la commission scolaire suit les recommandations des ministères de l’Éducation et de la Santé, a-t-il indiqué.

Selon ce porte-parole, les 2000 salles de classe sont équipées de ventilation mécanique. Trois classes modulaires ont encore un filtre à haute efficacité, mais seront bientôt dotées de ventilation mécanique aussi.

Lignes directrices obsolètes selon un expert

La Commission scolaire a suivi les recommandations de la Société américaine des ingénieurs en chauffage, réfrigération et climatisation (ASHRAE) pour développer ses lignes directrices sur la ventilation. De nombreux codes du bâtiment s’appuient sur les normes développées par cette Société.

Selon le président du groupe de travail sur la pandémie d’ASHRAE, William Bahnfleth, la Commission scolaire s’est toutefois servie d’un document obsolète, rédigé avant que la transmission aérienne du virus ne fasse consensus.

Les codes du bâtiment pour les endroits non médicaux n’ont généralement pas d’exigences de ventilation liées à l’objectif de contrôler des infections, ce qui pose problème, explique-t-il.

Intégrer les avancées scientifiques dans la loi est un processus long, mais selon M. Bahnfleth, les bonnes pratiques ne devraient pas attendre une législation pour être mises en place.

C’est incroyable que nous soyons en septembre 2022 à parler de ce que les écoles devraient faire alors qu’il s’agit de la troisième rentrée scolaire en temps de pandémie, dit-il.

D'après les informations d'Akshay Kulkarni

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !