•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Centre du patrimoine de la GRC souligne l’impact des pensionnats pour Autochtones

Des participants à la journée sous le thème du chandail orange au Centre du patrimoine de la Gendarmerie royale du Canada à Regina, en Saskatchewan, le 25 septembre 2022.

Cette première édition de l’événement a été conçue tant pour les petits que pour les grands.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Centre du patrimoine de la Gendarmerie royale du Canada, à Regina, organisait, ce dimanche, une journée d’activités spéciales sous le thème du chandail orange.

Pour les organisateurs, cet événement était l’occasion de sensibiliser la population à l’impact qu’ont eu les pensionnats pour Autochtones en vue de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, vendredi.

Nous espérons que les gens viendront et apprendront les différents aspects entourant les pensionnats ainsi que les traumatismes intergénérationnels que ces établissements ont causés, explique la coordonnatrice de la programmation éducative du musée, Debbie LeDressay.

Cette première édition de l’événement a été conçue tant pour les petits que pour les grands.

Un film présentant l’histoire de deux jeunes enfants envoyés dans un pensionnat pour Autochtone était notamment présenté.

C’est pour toute la famille, mais c’est surtout [une projection] qui vise à entamer la conversation, explique Mme LeDressay.

Les visiteurs ont également pu rencontrer l’historien Matthew Spencer qui avait pour mission d’expliquer la signification du chandail orange, symbole, entre autres, des enfants disparus dans les pensionnats.

Ce vêtement fait référence à l’histoire d’une jeune Autochtone qui, lors de la rentrée des classes, portait un chandail orange que sa grand-mère lui avait acheté.

Or, à son arrivée au pensionnat, les responsables le lui ont confisqué pour lui remettre un uniforme.

Cette histoire nous fait prendre conscience du genre d’expériences que les Premières Nations ont vécues dans les pensionnats pour Autochtones, explique Matthew Spencer.

Ce dernier espère que sa présence au Centre du patrimoine de la Gendarmerie royale du Canada permettra de poursuivre le travail de sensibilisation auprès des futures générations. Ainsi, elles seront conscientes de cette page sombre de l’histoire canadienne, conclut-il.

Avec les informations de Sara Maccagnan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !