•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fiona : les Néo-Écossais prennent connaissance de l’ampleur des dégâts

Des dizaines de personnes font la file pour acheter de l’essence.

Des dizaines de personnes faisaient la file dimanche pour acheter de l’essence dans la Première Nation mi'kmaq de Membertou, près de Sydney, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Radio-Canada

De nombreux Néo-Écossais ont passé une partie du dimanche dans des abris temporaires à faire des appels à des compagnies d’assurances, à monter des tronçonneuses et à manier des râteaux pour nettoyer après la tempête post-tropicale Fiona.

Certains se sont aussi démenés pour obtenir des services de garde d’enfants lundi après l’annulation des cours dans de nombreuses écoles publiques de la province à cause de pannes de courant et de l’état des routes.

La tempête a fait rage dans la province samedi, abattant des arbres et des lignes électriques, inondant des maisons, déferlant sur des routes et laissant plus de 250 000 clients de Nova Scotia Power sans électricité dimanche matin. Ce nombre a été réduit à environ 215 000 à 18 h.

Les vents les plus forts en Nouvelle-Écosse ont été signalés à Arisaig, au nord d’Antigonish, où ils ont atteint des pointes de 171 km/h, selon les renseignements préliminaires d’Environnement Canada.

Les plus fortes précipitations ont été enregistrées à Osborne Head, près du passage de l’Est, où 192 millimètres de pluie sont tombés.

L’armée canadienne en renfort

Les Forces armées canadiennes ont été appelées à participer à l’enlèvement des débris. Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré samedi qu’Ottawa a approuvé la demande de financement de la Nouvelle-Écosse pour l’aide en cas de catastrophe, qui aidera les municipalités à réparer les infrastructures et à aider les gens à payer les pertes.

Une maison de Neils Harbour, au Cap-Breton, est couverte d'écume après le passage de Fiona.

Une maison de Neils Harbour, au Cap-Breton, est couverte d'écume après le passage de Fiona.

Photo : Facebook

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, et les ministres de l’Organisation des mesures d’urgence, des Finances, des Travaux publics et de la Santé mentale ont inspecté dimanche en hélicoptère certaines des régions du Cap-Breton les plus durement touchées.

« On prévoyait une tempête massive, une tempête historique. Nous avons certainement vu cela. Fiona a laissé une marque sur la province. Les dommages sont assez déchirants. »

— Une citation de  Tim Houston, premier ministre de la Nouvelle-Écosse

Le premier ministre néo-écossais a ajouté que les priorités de la province sont de s’assurer que les gens ont un abri sûr et de rétablir l’électricité pour ceux qui en sont privés.

Plusieurs édifices gouvernementaux seront fermés lundi en raison des pannes d'électricité.

Dommages au Cap-Breton

Au Cap-Breton, environ 200 personnes ont dû quitter leurs maisons endommagées par la tempête. Elles ont été transférés dans des centres de confort au Collège de la Garde côtière et au Membertou Trade and Convention Centre.

La Croix-Rouge canadienne a lancé un appel national à des dons destinés à l’aide humanitaire. Le gouvernement fédéral versera une somme équivalente. Un porte-parole de l’organisation a dit que 176 personnes ont passé la nuit dans les refuges de la Croix-Rouge samedi.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, est arrivé au Cap-Breton pour constater l'étendue des dommages causé par la tempête Fiona.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, est arrivé au Cap-Breton dimanche matin pour constater l'étendue des dommages causés par la tempête Fiona.

Photo : Radio-Canada

La police régionale du Cap-Breton a déclaré samedi que plus de 70 routes de la municipalité ont été bloquées.

De nombreuses stations-service de la province ont signalé de longues files d’attente pour acheter de l’essence destinée aux génératrices et aux véhicules.

Dans la municipalité régionale d'Halifax, des équipes ont travaillé à débroussailler et à enlever les arbres tombés qui obstruent les rues.

Erica Fleck, cheffe adjointe du service régional d’incendie et d’urgence d'Halifax, a indiqué que les équipes ont enlevé 268 arbres des routes principales de la municipalité sur une période de 12 heures samedi.

Réparation des pannes d’électricité

La carte des pannes d’électricité de Nova Scotia Power indique que le moment du rétablissement prévu du courant pour de nombreux clients est mardi ou mercredi.

Peter Gregg, le PDG de ce service public, a dit qu’il est difficile de donner des dates fixes pour le rétablissement du courant, mais Nova Scotia Power utilise des patrouilles à pied, des hélicoptères et, pour la première fois, des drones pour évaluer les dommages et pour améliorer les estimations de la fin des pannes.

Un poteau d’électricité tombé dans une rue.

Un poteau d’électricité est tombé dans une rue de Sydney, en Nouvelle-Écosse, lors du passage de la tempête post-tropicale Fiona.

Photo : Radio-Canada / Paul Legere

Le service public avait déjà 900 équipes qui travaillaient à rétablir l'alimentation en électricité dimanche matin et plusieurs centaines de plus en provenance du Nouveau-Brunswick, du Québec et du Maine.

Il y a des centaines de poteaux brisés. Donc, juste le temps qu’il nous faut pour nous rendre sur place et pour remplacer chacun de ces poteaux, c’est déjà énorme et ça représente beaucoup de travail, a-t-il expliqué.

Certains vols ont repris à l’aéroport international Stanfield d'Halifax, mais un grand nombre d'entre eux sont toujours annulés. Les vols au départ et à l’arrivée à l’aéroport JA Douglas McCurdy Sydney devaient avoir lieu comme prévu dimanche.

Northumberland Ferries a annulé ses traversées de dimanche entre la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard, tandis que Marine Atlantique a signalé dimanche que les croisières habituelles avaient repris.

D’après un reportage de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !