•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes regardent de moins en moins la télévision québécoise

« Je regarde tout sur Netflix », lance un étudiant du collégial interrogé à Jonquière dimanche après-midi. Cette phrase fait écho à la consommation médiatique de cette tranche de la population.

Une télécommande pointe un téléviseur.

Les télévisions intelligentes peuvent aussi être une porte d’entrée à votre maison pour les pirates, met en garde le FBI de l'Oregon.

Photo : getty images/istockphoto / DmitriMaruta

Radio-Canada

Deux enseignantes-chercheuses du Cégep de Jonquière ont mené une étude pour connaître les habitudes de leurs élèves. Leur constat est sans équivoque : les jeunes s'éloignent de plus en plus des productions québécoises.

Vraiment ce qui a été l'élément déclencheur ça a été ma collègue enseignante-chercheuse, Caroline Savard, qui a présenté un exemple d'une émission de télévision à ses étudiants en télévision, et il y avait Véronique Cloutier... et elle n'a pas été reconnue par la majorité du groupe! raconte l’enseignante-chercheuse à l'École supérieure en Art et technologie des médias du Cégep de Jonquière, Audrey Perron.

Cette étude sur les habitudes médiatiques a été menée sur plus de 600 étudiants en Arts et technologie des médias au Cégep de Jonquière

C’est la surprise, c'est que ce sont des étudiants qui étudient dans le domaine des médias, ajoute Audrey Perron.

Le bâtiment avec une affiche ATM.

Le pavillon Joseph-Angers, au Cégep de Jonquière

Photo : Radio-Canada / Claude Bouchard

Or, cette tendance se remarque également chez d'autres étudiants du collégial.

J'en écoute pas vraiment beaucoup, mais ce n'est pas un manque d'intérêt c'est juste que je ne prends pas la peine, admet une étudiante.

Honnêtement, je pense que la télé, la dernière fois que je l'ai regardée, c'était il y a plusieurs années quand même! J'utilise beaucoup plus la télé pour des séries avec mes amis qu'en termes de consommation personnelle on va dire. C'est plus un truc convivial et familial, déclare un autre étudiant.

Une deuxième phase de recherches est d’ailleurs prévue pour cet automne afin de recueillir les habitudes de l'ensemble des élèves du Cégep de Jonquière.

Apogée des plateformes en ligne

Netflix, YouTube et Disney+ trônent au sommet des plateformes de visionnement.

On voit vraiment la puissance du géant, poursuit Audrey Perron. On leur a demandé aussi qu'est-ce qu'ils écoutaient comme plateforme. Et les plateformes québécoises arrivent vraiment dans le bas de la liste. Elles existent, il y a des contenus québécois qui sont là, mais instinctivement nos jeunes n'y vont pas pour consommer des produits québécois. Il y a une série québécoise qui est ressortie, c'est M'entends-tu? et si on l'analyse, elle est disponible sur Netflix.

L’application Netflix sur un téléphone.

Lorsqu’ils regardent du contenu, les jeunes le font une fois par semaine et plus principalement sur un ordinateur (74,9 %) et sur un téléphone (67,2 %) plutôt que sur un téléviseur (57,5 %), selon l'étude.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Seulement 23 % des étudiants sondés disent s'intéresser à une série québécoise de façon hebdomadaire.

Et à la question plus générale : quelle est votre série préférée? Les trois quarts des jeunes interrogés ont répondu en nommant une production américaine.

Selon un reportage de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !