•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de Mahsa Amini : la communauté iranienne d’Ottawa manifeste dans les rues

Des manifestants brûlent un hijab,

Des manifestants à Ottawa ont brûlé un hijab en signe de protestation, dans la foulée de la mort de l’Iranienne Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs à Téhéran plus tôt ce mois-ci.

Photo : Radio-Canada / David Bates

Radio-Canada

Le mouvement d’indignation face à la mort de l’Iranienne Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs à Téhéran plus tôt ce mois-ci, s’est fait entendre dans la capitale fédérale, dimanche.

La communauté iranienne d’Ottawa a exprimé sa colère et son soutien envers les Iraniens qui protestent contre le régime islamique depuis plusieurs jours.

Ma colère [et] votre colère détruiront le tyran, ont lancé des manifestants, alors que d'autres scandaient pour en finir avec la République islamique.

Sur des pancartes brandies bien haut on pouvait aussi lire des mots comme : Arrêtez de tuer pour un hijab.

Mahsa Amini, âgée 22 ans, a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour port de vêtements inappropriés. Elle est décédée trois jours plus tard à l'hôpital.

Les autorités nient toute implication dans la mort de la femme, mais l’événement a déclenché une série de manifestations dans les principales villes d'Iran et ailleurs dans le monde.

Des gens dans la rue avec des pancartes.

La communauté iranienne d’Ottawa a exprimé sa colère et son soutien, dimanche, envers les Iraniens qui protestent contre le régime islamique depuis plusieurs jours.

Photo : Radio-Canada / Catherine Morasse

Quelques centaines de personnes se sont rassemblées dans les rues du centre-ville d’Ottawa, vers midi, dimanche.

Nous sommes là pour supporter nos frères et nos sœurs en Iran  [...] Le régime islamique doit s’en aller [...] Le gouvernement en Iran n’est pas représentatif de la population iranienne, a déclaré Ali Razaiefar, un citoyen canadien d’origine iranienne.

Les gens ici n’ont aucune idée de ce qui se passe là-bas, poursuit Azin Rezaeinan, une femme qui se décrit comme activiste.

Les manifestants ont brûlé un hijab en exprimant verbalement leur colère, en signe de protestation au régime islamique.

Aida Bahramian est aussi sortie dans la rue, elle qui s’inquiète pour son père en Iran.

Mon père est l’avocat de prisonniers politiques en Iran [...] Il a aussi été en prison pour tout ce qui est politique. Je n'ai aucune nouvelle de lui. Il a 83 ans aujourd'hui, a-t-elle partagé.

L’annonce du décès de la jeune Iranienne et la réponse du régime face aux nombreuses manifestations ont suscité de vives condamnations de la part de la communauté internationale.

Avec les informations de Catherine Morasse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !