•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

50 ans de culture italienne au Club G. Marconi de Regina

Cinq des co-fondateurs du Club italien G. Marconi de Regina, en Saskatchewan, en septembre 2022.

Gastronomie et culture traditionnelle italienne étaient au menu des festivités.

Photo : CBC / Laura Sciarpelletti

Radio-Canada

Ce week-end, le Club italien G. Marconi, à Regina, célébrait ses 50 ans. Pour l'occasion, des festivités étaient organisées au sein même de l’établissement vendredi et samedi soir.

Les participants ont pu y découvrir des pans traditionnels de la culture italienne tout en savourant la gastronomie du pays : lasagne, spaghetti, saucisses italiennes, pizzas et pâtisseries.

En plus de la nourriture, le club avait organisé des prestations de danses traditionnelles ainsi qu’une démonstration sur l’art de faire du vin.

Un endroit pour se réunir

Inauguré en mars 1972, les fondateurs du club italien de Regina espéraient ainsi avoir un endroit où ils pourraient retrouver leurs compatriotes.

Le Club italien G. Marconi de Regina, en Saskatchewan.

Sesto Ricci reconnaît qu’il ne croyait pas, en 1972, que le club durerait aussi longtemps.

Photo : Michael J. Cassano

Le club nous [a donné] le sentiment d’être à la maison. C’était un endroit où nous pouvions aller et y rencontrer nos amis, se rappelle Rosina Fiorante, l’une des co-fondatrices.

C’est incroyable les sacrifices qu’ils ont faits pour mettre sur pied ce club, explique le président des festivités, la Festa Italiana, Pat Fiacco. Chacun a mis 100 $ de sa poche. À l’époque, c’était beaucoup d’argent!

Sesto Ricci, un autre des co-fondateurs de l’endroit, reconnaît qu’il ne croyait pas, en 1972, que le club durerait aussi longtemps.

Nous n’avions pas d’argent, nous n’avions rien, se rappelle-t-il.

M. Ricci espère maintenant que la jeune génération d’Italiens de la capitale saskatchewanaise se joindra, elle aussi, au club et poursuivra avec fierté le travail qu’il a entamé, celui de préserver le patrimoine de leur pays d’origine.

Avec les informations de Laura Sciarpelletti

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !