•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des coûts de déneigement résidentiel qui augmentent dans la région

Une déneigeuse qui souffle de la neige.

Les déneigeurs résidentiels affirment qu'ils doivent composer avec une hausse importante de leurs dépenses

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Comme ailleurs au Québec, la facture de déneigement résidentiel en Abitibi-Témiscamingue va augmenter.

Gilles Boutin, président de Déneigepro à Val-d’Or, concède qu’il est à son tour contraint d’augmenter les tarifs facturés à sa clientèle comme c'est le cas aussi d'autres entreprises de déneigement. Cette année, on n'aura pas le choix de s'ajuster parce que le prix du diesel, je ne pense pas qu'il va baisser, dit-il.

Gilles Boutin doit donc composer avec la hausse du prix du diesel.

En 2019, ma flotte me coûtait en diesel pour un an à peu près 15 000 dollars, en 2021 et 2002, c'est 32 500 dollars pour 6 mois, dit-il, indiquant avoir doublé, l'hiver passé, le nombre de sorties pour déneiger. On a eu un gros hiver cette année. Si je compare à 20219-2020, on a fait environ 22 sorties, en 2021-2022 on en a fait 43 sorties et au moment ou justement le diesel du carburant a fortement augmenté, indique-t-il.

La pénurie de main-d’œuvre l'a poussé à vendre une partie de sa machinerie et il a aussi été forcé de délaisser quelques secteurs.

Les coûts d'opération ont doublé, moi j'ai rapetissé ma flotte et plus concentré mes clients aussi, j'ai dû abandonner plusieurs secteurs pour donner un meilleur service, explique-t-il.

Gilles Boutin a aussi augmenté le salaire de ses employés qui est passé à 32 $ de l’heure au cours des dernières années. Avec six employés, l'entrepreneur doit assumer lui-même plusieurs contrats de déneigement.

Il tente de ménager sa clientèle en limitant la hausse de ses tarifs. La seule chose que je déplore, tu as beau être le meilleur déneigeur, le fait que les coûts ont augmenté un petit peu, les gens ont décidé de prendre le moins cher et non la qualité, déplore l'entrepreneur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !