•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« L’Alberta vous appelle » : une campagne pour attirer des travailleurs ontariens

Une capture d'écran du site web de la campagne, avec le slogan « Alberta is Calling » au milieu, et en arrière-plan une photo du lac Moraine, dans les Rocheuses.

Image tirée de la campagne de promotion « Alberta is Calling », du gouvernement albertain, destinée notamment aux travailleurs torontois.

Photo : www.albertaiscalling.ca

Radio-Canada

Pas de taxe de vente à payer, des maisons abordables, une connexion à la nature : voilà certains des arguments de vente mis de l’avant par le gouvernement de l’Alberta dans une campagne publicitaire pour attirer des travailleurs torontois.

Dans le métro de la Ville Reine, des affiches aux slogans accrocheurs et des photos de paysages à couper le souffle viennent d’être placardées. Il s’agit en réalité de la deuxième phase d’Alberta is Calling (L’Alberta vous appelle), une opération séduction lancée en août par la province de l’Ouest, à Toronto mais aussi à Vancouver, pour y recruter de la main-d'œuvre.

Des affiches du gouvernement de l'Alberta collées sur les marches du métro.

La campagne « Alberta is Calling » déployée sur les marches du métro de Toronto.

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre albertain Jason Kenney était d’ailleurs à Toronto mercredi dernier pour en faire la promotion. L’Alberta offre l’une des meilleures qualités de vie, à l’un des coûts les plus bas au Canada, soutient-il.

La province cherche ainsi à prendre par les sentiments des citadins exaspérés, entre autres, par la crise du logement.

C’est justement ce qui a convaincu Yash Chauhan de quitter Toronto pour Calgary en février. Je ne vais pas vous mentir : l’une des principales raisons c’était les prix raisonnables de l’immobilier. J’ai déménagé au Canada il y a trois ans, et étant donné les coûts extrêmement élevés des loyers à Toronto, et le désir d’acheter une maison, Calgary m’a paru être une bonne idée, confie-t-il.

La campagne albertaine met en relief des statistiques de l'Association canadienne de l’immeuble, qui montrent que le prix de vente moyen d’une maison au cours des trois dernières années à Calgary était de 484 000 $ (48 % du prix d’une maison dans le Grand Toronto), et de 383 000 $ à Edmonton (38 %).

Yash Chauhan, portant un casque d'écoute, assis à son bureau, en visioconférence.

Yash Chauhan a déménagé à Calgary en février pour profiter des prix de l'immobilier.

Photo : Zoom

Yash Chauhan raconte avoir acheté sa maison dans la capitale économique albertaine avant même d’y déménager.

« J’ai tout laissé ce que j’avais à Toronto. J’ai rempli ma voiture, et j’ai pris la route. »

— Une citation de  Yash Chauhan, résident de Calgary

Il dit être parti sans attentes, d’abord simplement pour tenter l’expérience. Mais pour l’instant, le jeune homme a l’intention de rester dans l’Ouest.

Des emplois à pourvoir

Si l’Alberta a lancé cet appel, c’est qu’elle a plus de 100 000 emplois vacants à pourvoir, d’après un communiqué du gouvernement.

78 % des entreprises albertaines signalent des pénuries limitant leur capacité à répondre à la demande, peut-on lire.

Anil Verma, professeur émérite à l’École de gestion Rotman de l’Université Toronto, reconnaît que l’argument du logement peut être attirant pour certains, mais ajoute que d’autres facteurs doivent être pris en compte avant d’envisager un tel changement de vie. La plus grande diversité d’emplois dans le sud de l'Ontario en est un, selon lui.

Pour les couples à deux carrières – lorsque deux personnes dans une famille travaillent, et ça peut être dans des industries différentes  – c’est plus facile de trouver un emploi dans le Grand Toronto qu’à Calgary, souligne le professeur.

Si vous regardez la répartition des industries en Ontario et en Alberta, l'économie de l'Alberta est plus étroitement basée sur le pétrole, le gaz et d'autres industries extractives comme l'exploitation minière. En Ontario la portée est plus large. Il y a l’industrie du divertissement, les technologies de pointe, il existe de nombreux secteurs qui offrent des bonnes occasions.

Une grande photo, avec le slogan « Alberta is Calling », sur une photo de montagnes et de lac.

Un grand panneau publicitaire dans le métro de Toronto, montrant un paysage des Rocheuses

Photo : Radio-Canada

Le professeur Verma salue les efforts déployés par l’Alberta pour cette campagne, mais note que ce n’est pas la première fois qu’on voit une opération de ce genre ni la première province à le faire.

En réalité, toutes les provinces font face à la pénurie de main-d'œuvre et sont en compétition, souligne l'expert.

C’est principalement une campagne de publicité, mais je ne vois pas de soutien financier associé à ça. S’il y avait des subventions pour déménager, ça pourrait changer la donne. Mais là, on dit simplement "venez en Alberta parce que nous avons de bonnes choses à offrir".

Le Grand Toronto et le sud de l'Ontario en général ont leurs propres attractions, ce n’est pas non plus un endroit terrible pour vivre, ajoute-t-il.

La campagne Alberta is Calling coûtera au total 2,6 millions de dollars, selon le gouvernement provincial.

Avec les informations de Natalie Kalata, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !