•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le don de guitares fait résonner les cœurs des sans-abri de London

Sean Horell pose avec une guitare acoustique et un ukulélé.

Sean Horrell affirme que les guitares qu'il a données à des sans-abri leur ont permis d'oublier leurs soucis pour un instant et calmer leurs angoisses.

Photo : Sean Horrell

Radio-Canada

Un coordonnateur communautaire de London fait don de guitares à des sans-abri. Il affirme que son geste simple a des effets profonds et que la musique peut changer la vie dans la rue.

C’est au cours des longs mois d’hiver froids que Sean Horrell, un coordinateur communautaire pour le groupe 519 Pursuit, fait la rencontre d’un homme vivant dans une tente près de la rivière Thames.

La scène n’est pas inhabituelle pour Sean Horrell. Cela fait partie de ses fonctions. Il offre régulièrement des repas aux personnes qui vivent dans la rue, dans une tente ou un abri de fortune.

Il découvre que l’homme et sa femme qui vivent dans cette tente partagent un goût pour la musique.

Ça faisant une décennie qu’il n’avait pas joué de guitare, mais il avait fait partie d’un groupe, raconte Sean Horrell.

Heureuse coïncidence, le travailleur social s’était fait donner une guitare quelques jours auparavant par une connaissance. Cet ami musicien avait cet instrument en trop et voulait le donner.

Sean Horrell en a ainsi fait don à ce sans-abri près de la rivière Thames. Un simple bout de bois agrémenté de quelques cordes qui pourtant aura fait toute la différence pour ce couple vivant dans la rue et en proie à un stress extrême.

Sean Horell pose avec une guitare acoustique et un ukulélé.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sean Horrell affirme que les guitares qu'il a données à des sans-abri leur ont permis d'oublier leurs soucis pendant quelques minutes et de calmer leurs angoisses.

Photo : Sean Horrell

Le fait qu’il puisse jouer de la musique leur a permis de se calmer et se focaliser sur leur relation afin de créer une base saine, un espace sécuritaire et de guérison, explique Sean Horrell.

Lui-même musicien, le coordonnateur communautaire savait que répéter ce type de don ne pourrait avoir qu’un immense effet bénéfique.

« Je connais les effets de jouer de la musique et de créer lorsque la vie est difficile. La musique peut sauver des vies. Ça a sauvé la mienne. »

— Une citation de  Sean Horrell, coordonnateur communautaire pour le groupe 519 Pursuit

Au cours de l’été dernier, le groupe 519 Pursuit a donc fait appel à de généreux donateurs par l'entremise de ses médias sociaux pour récolter d’autres guitares.

On a eu tout de suite deux guitares, se souvient Sean Horrell.

Ce sont ainsi quatre guitares qui ont été données depuis l'hiver dernier.

Une d’elles a pu aider un homme vivant dans la rue et victime d’importants et douloureux symptômes de sevrage alors qu’il tentait de se libérer d’une dépendance à la drogue.

Son visage s’est tout simplement illuminé parce que ce qu’il vivait était tout simplement épuisant. On lui a offert une porte de sortie. Il a pu passer au travers de ça parce qu’il pouvait se concentrer sur le fait de jouer de la guitare, témoigne Sean Horrell.

Donner un instrument, un geste à la portée de chacun

Reste que cette initiative n’est pas sans certains défis. Tout d’abord, les guitares ne sont pas des instruments qui survivent bien à une vie à l'extérieur, mais les caprices de la météo ne sont pas les seuls facteurs.

Malheureusement, c’est difficile de garder quoi que ce soit à vous lorsque vous vivez dans la rue. Je connais des amis qui, lorsqu'ils reçoivent leur chèque au début du mois, vont chez un prêteur sur gages et s'achètent une guitare. Ils la gardent aussi longtemps qu’ils peuvent puis, lorsque vient le temps de la revendre pour survivre, c’est ce qu’ils font, explique Sean Horrell.

Mais selon lui le bénéfice de donner une guitare outrepasse les contraintes de devoir les remplacer. Il invite toute personne qui possède un vieil instrument qui prend la poussière quelque part chez eux à en faire don à son organisme.

Les guitares ne sont pas les seules à être acceptées, les ukulélés ou même des tambours sont les bienvenus.

Avec des informations de Andrew Lupton

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !