•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conducteurs d’autobus GO pourraient légalement déclarer une grève le 1er octobre

Le syndicat qui représente les conducteurs dit vouloir éviter la grève, mais indique qu’un décompte a été lancé si un accord n’est pas trouvé avec Metrolinx.

Un passager descend d'un autobus de banlieue GO à Toronto.

Si aucun accord sur une nouvelle convention collective n'est trouvé, les conducteurs des autobus de la Go Transit pourraient légalement déclencher une grève le 1er octobre.

Photo : CBC/Linda Ward

Radio-Canada

Le syndicat qui représente les conducteurs d’autobus de la GO Transit affirme qu’il a entamé les démarches en vue d’une grève après des mois de négociation infructueuse avec Metrolinx afin d’établir une nouvelle convention.

L’antenne locale 1587 du Syndicat uni du transport (ATU), qui représente 2 200 travailleurs de la GO Transit, indique avoir reçu un avis de non-constitution d'une commission de la part du ministère provincial du Travail. Cet avis est émis lorsqu’une conciliation n’aboutit pas à une entente.

Ainsi, le rapport remis par la province fait état d’un décompte qui pourrait possiblement mener à un arrêt de travail légal le 1er octobre à partir de 0 h 01.

Le président de l’antenne locale du syndicat, Rob Cormier, nuance toutefois et précise que bien qu'une grève serait légale dès la fin du mois, le syndicat n’a pour le moment pas établi de date officielle pour un début de grève.

La dernière chose qu’on souhaite, c’est une interruption du service. On travaille fort pour trouver une quelconque solution, affirme-t-il.

L’antenne locale 1587 représente les conducteurs d’autobus, le personnel des stations, les travailleurs dans les garages et services de maintenance ainsi que le personnel de sécurité et le personnel administratif. Ainsi, une grève n’aurait pas d’effet sur les trains dont les conducteurs sont représentés par un autre syndicat.

Les négociations avec Metrolinx, l’agence qui gère GO Transit, ont débuté en avril dernier. L’actuelle convention collective expire le 1er juin.

Selon Rob Cormier, 15 rencontres ont déjà eu lieu au cours des derniers mois. Selon le président de ATU 1587, c’est la sécurité des emplois qui est particulièrement en jeu. Le syndicat dit avoir demandé à Metrolinx des changements dans le texte de la convention collective pour protéger les employés des risques d’arrêt de contrat. Des changements que Metrolinx aurait refusé de faire, selon le syndicat.

Pendant la pandémie, nos travailleurs sont allés travailler, ils ont risqué leur vie. On voit de plus en plus d'emplois qu’on aurait dû faire, mais ce n’est plus le cas, c’est donné à des entrepreneurs privés. On essaie juste d’assurer le futur, justifie Rob Cormier.

Il ajoute que la loi 124 du gouvernement ontarien sur le plafonnement des salaires a également eu un effet négatif dans les négociations. La loi limite les augmentations de salaire à 1 % par an dans le secteur public. Selon le président de l’antenne 1587 de ATU, cela rend les choses difficiles pour les employés qui doivent faire face à l’inflation.

Rob Cormier indique que le syndicat a prévu de nouvelles rencontres avec Metrolinx le 26 septembre et le 3 octobre.

De son côté, Metrolinx précise dans un communiqué être toujours en négociation avec le syndicat et se dit optimiste quant à la possibilité qu’un accord puisse être trouvé. Elle précise également que tant que ces négociations sont en cours, les trajets des autobus restent assurés.

Avec des informations de Shawn Jeffords

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !