•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après Fiona, la dure constatation des dégâts aux Îles-de-la-Madeleine

Une maison détruite au sol.

Des maisons ont été détruites aux Îles-de-la-Madeleine lors du passage de la tempête Fiona.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L'heure est à la constatation des dégâts dimanche aux Îles-de-la-Madeleine. Inondations, maisons éventrées, pannes de courant : le passage de la tempête post-tropicale Fiona samedi a été dur sur l'archipel. Tranquillement, les Madelinots s'attaquent au nettoyage des débris et l'aide s'organise pour les sinistrés.

Sous un ciel bleu, le pêcheur Denis Cormier est venu constater les dégâts subis par son bateau dimanche matin. Au plus fort de la tempête, samedi, la structure sur laquelle sont fixées les bornes d’amarrage a été arrachée à plusieurs endroits au quai de Pointe-Basse.

Denis Cormier devant des bateaux de pêche au quai de Pointe-Basse.

Denis Cormier, pêcheur depuis 40 ans, n'avait jamais vu une tempête aussi dévastatrice aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Il n’y avait donc plus de points d’attache fixes pour certains bateaux. À la hâte, les ancrages ont été fixés sur des blocs de béton et sur des lampadaires, une solution temporaire et peu sécuritaire, constate Denis Cormier.

« J’ai 40 ans de pêche de métier et hier matin, quand je suis arrivé ici, j’ai eu peur. Je n'ai jamais vu la mer gonfler de la sorte. »

— Une citation de  Denis Cormier, pêcheur

Des situations similaires ont été observées un peu partout dans les ports de pêche de l’archipel, où le niveau de l'eau était égal à celui des quais.

À la marina de Havre-aux-Maisons, 1,5 m d’eau s'était accumulé sur la chaussée samedi. La camionnette de Bertrand Deraspe a d'ailleurs été déplacée sur une dizaine de mètres.

Tout le monde est habitué au vent, mais ça, c’est quelque chose, raconte M. Deraspe. Selon lui et plusieurs Madelinots rencontrés, la tempête Fiona est pire que Dorian, qui avait frappé l'archipel en 2019.

Deux photos : une première avec un homme qui a de l'eau jusqu'à la taille et une seconde avec un homme au sec au même endroit.

En 24 heures, toute l'eau qui inondait le quai de Havre-aux-Maisons, aux Îles-de-la-Madeleine, s'est retirée. Les dégâts sont majeurs et le nettoyage sera long, mais les résidents n'ont pas pu s'empêcher de sourire en voyant le soleil dimanche matin.

Photo : Radio-Canada

« Les gens sont solidaires aux Îles, on s’entraide. Mais ça fait mal, on ne peut pas vraiment raconter. Il n’y a pas de décès, la vie continue, mais ça nous fait mal. »

— Une citation de  Bertrand Deraspe, résident des Îles-de-la-Madeleine

Pendant la journée de dimanche, la tempête continuera de souffler vers la Basse-Côte-Nord et vers le Labrador, mais avec moins de vigueur.

De l'aide financière pour les sinistrés

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, s'est rendue aux Îles-de-la-Madeleine dimanche pour constater l'ampleur des dégâts causés par la tempête Fiona.

Geneviève Guilbault confirme que Québec viendra en aide aux sinistrés et couvrira les frais non assurables, entre autres les dégâts causés par l'eau.

En point de presse, elle a invité les sinistrés à contacter rapidement le ministère de la Sécurité publique afin d'ouvrir un dossier d'indemnisation.

Les résidences principales seront admissibles à une indemnité financière, de même que certaines entreprises. En revanche, les résidences secondaires, comme les chalets, pourraient ne pas être couvertes. Faut vraiment voir au cas par cas, résume-t-elle.

La semaine prochaine, des fonctionnaires ouvriront un bureau local dans l'archipel afin de mieux recevoir et orienter les sinistrés dans leur demande d'aide financière.

Geneviève Guilbault sourit devant la mer aux Îles-de-la-Madeleine.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, est aux Îles-de-la-Madeleine pour constater les dommages causés par la tempête Fiona.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Geneviève Guilbault a indiqué que les autorités ont procédé à 37 évacuations aux Îles-de-la-Madeleine. Ces sinistrés ont été redirigés vers des lieux d'hébergement commerciaux, mais les centres d’hébergement d’urgence demeurent ouverts.

Le premier ministre sortant François Legault se rendra aussi aux Îles-de-la-Madeleine lundi, un déplacement qui était déjà prévu avant la tempête dans le cadre de la campagne électorale.

Fin de l'état d'urgence

Le maire suppléant des Îles-de-la-Madeleine, Richard Leblanc, a indiqué en point de presse dimanche après-midi que les infrastructures municipales n'ont pas subi de dommages majeurs et qu’il n’y a plus de restrictions en ce qui a trait à l’eau potable.

L'état d'urgence sera levé à 18 h 30 dimanche. L'ensemble du réseau routier, y compris la route 199, est de nouveau praticable aux Îles-de-la-Madeleine. Les équipes ont été en mesure de dégager l'ensemble des chemins municipaux de tous les débris.

Un homme appuyé sur son camion regarde les chalets inondés dans le secteur de La Martinique.

Certaines routes étaient complètement inondées samedi aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Richard Leblanc ajoute que les infrastructures municipales seront ouvertes selon l’horaire habituel à partir de lundi.

Environ 270 foyers sont toujours privés d'électricité aux Îles-de-la-Madeleine. La porte-parole d'Hydro-Québec Ariane Doucet-Michaud s'attend à ce que le courant soit de retour pour la majorité d'entre eux d'ici la fin de la journée.

Hydro-Québec rappelle que les résidents ne doivent pas toucher aux fils électriques tombés au sol et qu'ils doivent plutôt communiquer avec le 911.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !