•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada augmente ses capacités pour livrer des armes à l’Ukraine

La ministre de la Défense, Anita Anand.

La ministre de la Défense nationale, Anita Anand, a annoncé que le Canada va déployer un troisième avion CC-130 et 55 membres des forces canadiennes supplémentaires pour acheminer de l'aide militaire à l'Ukraine.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Radio-Canada

La ministre de la Défense nationale, Anita Anand, a annoncé que le Canada va déployer un troisième avion et du personnel supplémentaire des Forces armées canadiennes dans un centre d’approvisionnement de Prestwick, en Écosse, afin d’acheminer plus facilement des armes et du matériel militaire en Ukraine et dans des pays d’Europe de l’Est.

Nous accroissons nos moyens d’aider l’Ukraine, explique Mme Anand dans une entrevue avec Rosemary Barton de CBC diffusée dimanche matin.

Le centre d’approvisionnement de Prestwick en Écosse a déjà permis d’acheminer près de 6 millions de dollars de matériel en Ukraine depuis le mois de mars. L’ajout d’un troisième avion CC-130 et de 55 membres des Forces armées canadiennes va permettre au Canada de faire un effort supplémentaire.

CBC News a rapporté plus tôt cette semaine que l’Ukraine a demandé au gouvernement canadien des véhicules blindés, des obusiers et des tenues hivernales.

Le Canada a déjà promis d’acheminer 39 véhicules blindés pour le transport de troupes en Ukraine.

Mme Anand note toutefois que les pays membres de l’OTAN cherchent un équilibre entre les livraisons d’armes à l’Ukraine et les besoins de leurs propres forces armées, car leurs stocks nationaux sont bas. Elle va discuter de cette question avec des partenaires de l’industrie de l’armement ici au Canada.

Cette question est au centre de mes préoccupations, souligne Mme Anand.

Depuis la fin de la guerre froide, les alliés ont restructuré leurs forces armées, et ils n’ont plus les stocks qu’ils détenaient auparavant, a expliqué le professeur de sciences politiques au Collège militaire royal du Canada, Christian Leuprecht, en entrevue à CBC plus tôt cette semaine.

« La plupart de l’aide qu'on donne aujourd’hui provient des réserves. Il s’agit donc d’équipements qui vont manquer. »

— Une citation de  Christian Leuprecht, professeur de sciences politiques au Collège militaire royal du Canada

Le Canada doit dire oui à l’Ukraine

Depuis février, le Canada a livré ou s’est engagé à livrer 626 millions de dollars en aide militaire à l’Ukraine. Dans une entrevue à l’émission The House diffusée à CBC Radio, l’ambassadeur du Canada aux Nations unies, Bob Rae, a rappelé que le Canada ne peut pas refuser les demandes de l’Ukraine pour lui fournir du matériel militaire.

Cela pourrait nuire à ma carrière, mais je ne crois pas que nous pourrions répondre autre chose que "oui", a estimé M. Rae.

« C’est le conseil que j’ai toujours donné. Évidemment, les gouvernements doivent décider à quel rythme ils peuvent le faire. »

— Une citation de  Bob Rae, ambassadeur du Canada aux Nations unies

Les appels pour une augmentation de l’aide militaire offerte à l’Ukraine interviennent dans le contexte des contre-offensives dans l’est et le sud du pays et de l’annonce par la Russie de la mobilisation de centaines de milliers de réservistes. La Russie a également organisé des référendums dans les territoires ukrainiens qu’elle occupe.

De plus, le président russe, Vladimir Poutine, a menacé la semaine dernière d’avoir recours à des armes nucléaires. Mais selon la ministre Anand, la décision de Vladimir Poutine de brandir la menace d’une guerre nucléaire et le rappel des réservistes sont des actes de désarroi.

D’après un texte de Christian Paas-Lang, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !