•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq candidats à la mairie de Vancouver s’affrontent sur l’avenir du quartier chinois

Les cinq principaux candidats à la mairie de Vancouver, le 24 septembre 2022.

Les cinq principaux candidats à la mairie de Vancouver, de gauche à droite: Fred Harding, Colleen Hardwick, Mark Marissen, Ken Sim et Kennedy Stewart.

Photo : Radio-Canada / Justin McElroy

Les cinq principaux candidats à la mairie de Vancouver se sont affrontés, samedi matin, lors d’un premier débat électoral sur les enjeux du quartier chinois. Alors qu’il a déjà été très animé, le quartier est aujourd’hui confronté à des problèmes de criminalité et d’itinérance.

Deux thèmes ont surtout retenu l’attention des candidats Kennedy Stewart, Ken Sim, Colleen Hardwick, Fred Harding et Mark Marissen : la sécurité publique et le logement.

Pour améliorer la sécurité dans le secteur, Ken Sim et son parti A Better City (ABC) offrent d'embaucher 100 nouveaux agents de police et 100 professionnels de la santé. Ils proposent ainsi une extension du programme Car 87 qui consiste à jumeler un agent de police et un infirmier spécialisé en santé mentale afin de fournir des soins plus empathiques et plus efficaces aux personnes qui en ont besoin.

Ce programme a toutefois fait l’objet de critiques dans le passé pour ses délais d’assistance, voire son impossibilité d’intervenir, faute de ressources.

De son côté, le maire sortant de Vancouver, Kennedy Stewart, a défendu son idée de créer une équipe d’intervention spécialisée, composée de 25 membres. Il veut aller de l'avant avec cette idée s’il est réélu au conseil municipal avec son parti Forward Together.

Ce nouveau service permettrait de faire intervenir des équipes spécialisées en accompagnement de personnes sans-abri, en santé mentale et en dépendances, plutôt que les forces policières, lors de situations de détresse.

Pour les personnes victimes de crimes violents, le service de police de Vancouver doit absolument être la première réponse, a-t-il par ailleurs ajouté.

Le candidat Fred Harding, du parti Non Partisan Association (NPA), estime quant à lui que Vancouver a besoin d’un leadership fort pour le quartier chinois. Selon lui, la sécurité publique dans cette zone passe par l’arrestation en masse des malfaiteurs.

C'est tout à fait faisable. Ce dont nous avons besoin, ce sont des ressources, a-t-il affirmé.

Des personnes dans le village de tentes sur la rue East Hasting du quartier Downtown Eastside de Vancouver, le 3 août 2022.

Un village de tentes sur la rue East Hastings, à Vancouver, a dû être démantelé l'été dernier.

Photo : Ben Nelms/CBC

Le logement, un enjeu complexe

Les cinq principaux candidats à la mairie de Vancouver ont également proposer leurs solutions pour réduire l’installation de campements sur les trottoirs et dans les parcs de la ville et pour améliorer les conditions de vie des personnes sans-abri.

Kennedy Stewart a vanté l’ouverture, pendant qu’il était au pouvoir, de 1600 nouvelles unités de logement abordable pour aider des personnes forcées à vivre dans la rue, équipées, selon lui, de salles de bains et de cuisines et où des soins complexes sont fournis.

Ken Sim estime au contraire que la qualité de vie n’y est pas convenable et préconise une approche qui vise davantage la qualité, plutôt que la quantité. Il prévoit également demander plus de soutien sur cet aspect à la province et au gouvernement fédéral.

Colleen Hardwick, du parti The Electors’ Action Movement (TEAM), prône la mise en place d’un processus de triage afin de bien déterminer les différents besoins des personnes sans-abri.

Il y a une différence entre les personnes qui ont perdu leur emploi et qui ont besoin d'un endroit pour vivre jusqu'à ce qu'elles se remettent sur pied, les femmes qui sont victimes de violence domestique, ou encore les personnes qui ont des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie, explique-t-elle. Il faut les trier pour leur trouver un logement dans la ville.

Une graffiti recouvrant une murale.

Une nouvelle murale du quartier chinois de Vancouver a été vandalisée cinq semaines après son dévoilement.

Photo : Radio-Canada / Justine Beaulieu-Poudrier

Les cinq candidats ont aussi abordé la revitalisation des entreprises et des commerces du quartier qui, selon plusieurs d’entre eux, passe par une meilleure sécurité dans le quartier.

Si les gens ne veulent pas venir à Chinatown, tout cela ne servira à rien, illustre Ken Sim.

Mark Marissen, du parti Progress, propose quant à lui de créer un poste de commissaire de l'économie et de la culture de la nuit, une stratégie de revitalisation urbaine pour encourager les activités récréatives en soirée.

D’autres débats sont prévus au cours de la campagne électorale. Les Vancouvérois ont rendez-vous aux urnes le 15 octobre.

Avec des informations de Yasmin Gandham et de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !