•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campagne électorale : les défis des entreprises de la Mauricie

Le Marché Notre-Dame.

Le reportage de Charles-Antoine Boulanger

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Les intervenants du milieu économique espèrent être entendus par les politiciens à quelques jours du scrutin. Pénurie de main-d'œuvre, inflation, les défis sont nombreux, alors qu’un risque de récession plane sur l’économie mondiale.

L'un des copropriétaires du restaurant Le Saint-Mo, à Shawinigan, en sait quelque chose. Il est devenu l’employé de son entreprise. David Rouette est confronté au quotidien à une nouvelle normalité.

On a passé l'été à runner avec quatre cuisiniers en cuisine, on en aurait eu besoin de sept. On a runné avec quatre-cinq personnes sur le plancher [...], on en aurait eu besoin d'une douzaine.

Les heures d'ouverture sont réduites et le restaurant refuse parfois des clients, puisque les servir adéquatement n'est tout simplement plus possible.

Les propriétaires sont appelés à faire plus d'heures, donc c'est surtout le côté exténuant de faire du 90-100 heures par semaine, se désole M. Rouette.

Les solutions existent, mais elles sont parfois difficiles à mettre en branle. Les entreprises s'arrachent les travailleurs dans une région reconnue historiquement pour son taux de chômage très élevé. On a essayé de recruter à l'étranger, c'est très compliqué avec l'immigration.

David Rouette.

David Rouette, copropriétaire du restaurant Le Saint-Mo et vice-président du Regroupement des gens d'affaires du centre-ville de Shawinigan.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Une population vieillissante

La pénurie de main-d'œuvre est loin de se résorber, alors que la population de la région vieillit à un rythme alarmant.

La population en âge de travailler, la population active n'augmente pas. Ça veut donc dire que vraisemblablement il y a un vieillissement. Le processus de vieillissement de la population est irrémédiable et enclenché. [...] Il faudra être beaucoup plus accueillant sur l'accueil d'immigrants, explique Mario De Tilly, directeur général d'Innovation et développement économique (IDE) Trois-Rivières.

Malgré tout, les nouvelles ne sont pas que mauvaises. Selon le bras économique de la Ville, le taux de vacance des locaux dans la municipalité est très bas.

Également, les faillites et les fermetures d'entreprises ne sont pas plus nombreuses qu'avant la pandémie. C’est la pénurie de main-d'œuvre qui vient freiner les ambitions économiques.

Le taux de chômage est à des niveaux planchers, c'est historique. C'est du jamais vu ici, à Trois-Rivières, depuis mémoire d'homme.

Mario De Tilly, directeur général Innovation et développement économique Trois-Rivières

Mario De Tilly, directeur général Innovation et développement économique Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

L’incontournable inflation

La hausse des prix des biens de consommation a un effet sur les habitudes de certaines personnes. Le Marché Notre-Dame, à Trois-Rivières, une épicerie de quartier, est l'une des premières victimes de l'inflation.

Son copropriétaire, Jean-François Cossette, constate que l'achat local est moins à la mode. Avec l'inflation, on voit comme, clairement, l'achat dans les petites boutiques, dans les petits cafés indépendants, on dirait que c'est dans les premières dépenses que les gens coupent.

Jean-François Cossette.

Jean-François Cossette, copropriétaire du Marché Notre-Dame

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

En 2020, au plus fort de la pandémie, le commerce a connu une hausse de 50 % de ses ventes. Ces jours-ci, les chiffres sont redescendus et l'optimisme des propriétaires aussi.

Pour compenser la diminution des ventes, M. Cossette aimerait voir un renouvellement de l'aide financière pour les commerces comme le sien.

2020-2021, les gouvernements ont sorti beaucoup de programmes pour aider les entreprises, pour les aider à passer au travers de la pandémie, mais personnellement je trouve que c'est plus dur présentement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !