•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travaux débuteront en octobre à la nouvelle Maison d’accueil pour sans-abri

Le couvent des Servantes du Très-Saint-Sacrement vu de l'extérieur.

La vente de garage au profit de la Maison d'accueil pour sans-abri a lieu au couvent des Servantes du Très-Saint-Sacrement jusqu'à samedi.

Photo : Radio-Canada / Kenza Chafik

Radio-Canada

Il y aura bientôt tout un chantier dans l'ancien couvent des Servantes du Très-Saint-Sacrement à Chicoutimi, qui abritera la nouvelle Maison d’accueil pour sans-abri.

Le couvent a fermé ses portes en décembre 2020 et des travaux commenceront à la mi-octobre.

On l'adapte précisément pour la maison des sans-abri, pour que les usagers soient en sécurité et les professionnels qui vont travailler à l'intérieur du bâtiment , explique le directeur général adjoint de l’Office municipal d’habitation de Saguenay (OMH), Adam Boivin.

« Ça va faire du bien parce que ça va faire plus grand aussi pis ça fait du bien au monde ici. Le monde de la rue aussi, ça grossit! »

— Une citation de  un usager de la Maison d’accueil pour sans-abri

Les rénovations commenceront près d’un an après l’annonce du déménagement de la Maison d’accueil et le coût du projet a doublé.

Le projet est maintenant évalué à 4,2 millions de dollars.

On peut avoir des surprises, on souhaite ne pas en avoir! On a vraiment fait le tour, on l'a décortiqué, on l'a analysé, on l'a inspecté avec nos professionnels, mais c'est toujours sous réserve. Les coûts ont explosé donc il a fallu aller chercher du financement supplémentaire, admet M. Boivin.

Une fois le projet terminé, les usagers de la Maison d’accueil pour sans-abri auront accès une trentaine de chambres, une unité de débordement, à une salle communautaire, à une salle à manger et une cour intérieure.

Les travaux à l'intérieur du bâtiment devraient durer de deux à trois mois. L’ouverture progressive débutera au début de 2023.

D'après le reportage de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !