•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise climatique : Anglade veut revoir le pacte fiscal du Québec avec les villes

Dominique Anglade.

Dominique Anglade a indiqué son intention de revoir le pacte fiscal entre Québec et les villes pour mieux lutter contre les changements climatiques.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

La cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ) Dominique Anglade est ouverte, advenant sa victoire le 3 octobre prochain, à un partenariat plus important entre le gouvernement provincial et les villes pour lutter contre les changements climatiques.

En mêlée de presse samedi après-midi, au moment où les habitants des provinces atlantiques et des Îles-de-la-Madeleine subissaient les ravages de l'ouragan Fiona, Mme Anglade a soutenu qu'il y avait un coût énorme à ne rien faire en matière de lutte contre la crise climatique.

Je veux m'asseoir avec les municipalités; revoir le pacte fiscal, évidemment, mais [aussi] regarder ce que l'on doit faire en termes d'infrastructures. Ça m'apparaît essentiel pour l'adaptation aux changements climatiques, a-t-elle déclaré.

Contrairement à François Legault, qui ne croit pas vraiment à la nécessité de s'adapter aux changements climatiques, où même à la [nécessité de la] lutte aux changements climatiques, je vais porter ce dossier moi-même, a-t-elle renchéri.

La cheffe libérale a également dit s'être déjà engagée à offrir plus d'argent aux municipalités dans ce dossier. Aucune somme précise n'a toutefois pas été évoquée.

La question de l'adaptation des municipalités aux impacts des changements climatiques s'est depuis longtemps invitée dans la campagne électorale. Dès la mi-septembre, l'Union des municipalités du Québec a réclamé 2 milliards de dollars par année sur cinq ans pour permettre aux villes d'adapter leurs installations et infrastructures, notamment en raison d'une multiplication des fortes pluies et des inondations.

Ce besoin pour de l'aide financière est d'ailleurs particulièrement criant en Gaspésie et... aux Îles-de-la-Madeleine, qui vient d'être violemment malmenée par les éléments déchaînés.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a fermé la porte à ces revendications.

Le montant [de 2 milliards de dollars] ne me paraît pas disproportionné, a rajouté la cheffe libérale lors de son point de presse, samedi.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !