•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ligne de train léger d’Eglinton ne sera pas prête cette année

Photo d'un train léger gris sur des rails

L'ouverture de la ligne de train léger d'Eglinton Crosstown est de nouveau repoussée.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Radio-Canada

La date d’entrée en fonction de la nouvelle ligne de train léger de Toronto a été repoussée pour une troisième fois. Il faudrait au moins un an de plus pour compléter le projet, selon les informations d’une source de CBC proche du dossier qui a préféré ne pas être nommée.

La ligne d’Eglinton Crosstown, un tronçon de 19 kilomètres qui comptera 25 stations entre Kennedy et Mount Dennis, devait initialement ouvrir en 2020. Le projet a ensuite été repoussé à 2021, puis à la fin 2022.

Malheureusement, même si du progrès a été fait, Crosslinx Transit Solutions [l’entreprise responsable des travaux, NDLR] a pris du retard, a déclaré Metrolinx, l'agence qui gère le transport en commun dans le Grand Toronto, vendredi.

Le portrait d'un homme

Le PDG de Metrolinx, Phil Verster, a confirmé que la construction de la nouvelle ligne de train léger avait, encore une fois, pris du retard.

Photo : Radio-Canada / CBC News

Le PDG de Metrolinx a confirmé que la ligne ne sera pas ouverte cette année, mais n’a pas donné de nouvel échéancier.

Une source de CBC proche du dossier affirme cependant que le projet ne sera pas complété avant au moins un an.

Cette source dit que les retards sont surtout dus à la construction de stations souterraines et en particulier celle au coin de la rue Yonge et de l’avenue Eglinton.  La construction de la plupart des stations souterraines de la ligne est en retard, d’après cette source.

Des commerçants exaspérés

Le projet, qui a commencé en 2011, a durement éprouvé la patience des commerçants des secteurs entourant les travaux, y compris celle de Nick Alampi, propriétaire de Andrew’s Formals & Anthony’s Menswear.

J’essaie de rester positif, dit-il.

Mais il confie que l’annonce d’un nouveau retard est difficile, triste et dérangeante.

La présidente du Secteur d’amélioration commerciale d’Eglinton Way, Maureen Sirois, explique que les commerçants ayant pignon sur rue souffrent d’un manque de visibilité, d'accessibilité et de stationnement en raison des travaux.

Le bruit, les débris et la saleté associés à la construction causent aussi des problèmes, selon elle.

La femme aux cheveux gris regarde hors champ. Des panneaux indiquant de la construction sont visibles en arrière-plan.

La présidente du Secteur d’amélioration commerciale d’Eglinton Way, Maureen Sirois, estime «ridicule» que la fin des travaux soit de nouveau repoussée.

Photo : CBC

« [Les promoteurs] continuent de repousser la date [d’ouverture] de plus en plus loin et nous sommes toujours ici entourés de construction, c’est ridicule. »

— Une citation de  Maureen Sirois, présidente du Secteur d’amélioration commerciale d’Eglinton Way.

La gestion du projet critiquée

Dans une déclaration écrite vendredi, le maire de Toronto, John Tory, a promis de contacter Metrolinx au nom des gens de Toronto pour leur faire part de sa frustration face aux retards répétés du projet.

Bien que les progrès évidents sur certaines stations et les mises à l’essai des véhicules que j’ai vues me donnent courage, ce fut plus d’une décennie de construction qui a été absolument brutale pour les résidents, les commerces et les voyageurs, affirme-t-il.

Il promet d’encourager Metrolinx à faire tout en leur pouvoir pour finir le projet et ouvrir Crosstown.

Le conseiller municipal du quartier 12, Josh Matlow, accuse Metrolinx d’avoir mal géré toute l’affaire.

Nous voulons tous du transport en commun. Le transport en commun est merveilleux, dit-il.

Mais la construction de ce projet a été un cauchemar. Metrolinx et le gouvernement de l’Ontario doivent prendre leurs responsabilités pour leur mauvaise gestion.

Le conseiller croit que Metrolinx et le gouvernement ontarien doivent offrir plus de soutien, sur le champ, aux entreprises touchées par les travaux.

J’espère de tout coeur que le cauchemar que la province et Metrolinx ont créé sur Eglinton ne se répète pas dans les quartiers où ils construiront éventuellement la ligne Ontario, ajoute-t-il.

La ligne Ontario est un autre projet d’extension du réseau de train léger qui doit relier le Centre des sciences de l’Ontario à la Place Ontario.

Shelagh Pizey-Allen, porte-parole de TTCriders, un groupe qui milite pour un meilleur transport en commun à Toronto, dit que les déboires de la ligne Eglinton Crosstown montrent que Metrolinx doit faire preuve de plus de transparence dans sa gestion de projets.

Ces partenariats privés ne fonctionnent pas.[...] Ils sont opaques, ils coûtent plus cher au public, il y a des retards, et c’est pourquoi TTCriders demande à tous les candidats au conseil municipal s’ils s’engagent à rendre tous les nouveaux projets publics, dit-elle.

CBC a envoyé une demande de commentaires au promoteur du projet, Crosslinx, mais n’avait pas reçu de réponse au moment de la parution de cet article.

Avec les informations de Greg Ross, Julia Alevato, Tyler Cheese et Muriel Draaisma

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !