•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fiona : des dommages évalués à plusieurs millions $ à l’Î.-P.-É.

On ne signale ni décès ni blessé grave dans la province.

Des dommages dans le quartier Brighton, à Charlottetown.

Des dommages dans le quartier Brighton, à Charlottetown

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Radio-Canada

Même si les dégâts causés par la tempête post-tropicale Fiona se chiffrent déjà à « plusieurs millions de dollars », le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, Dennis King, ne déclare pas l’état d’urgence et ne fait pas appel aux Forces armées canadiennes pour l’instant.

Le premier ministre a fait le point samedi après-midi, en compagnie de la ministre de la Sécurité publique Darlene Crompton et de la directrice de l’Organisation des mesures d’urgence Tanya Mullally, alors que la tempête commençait à se calmer dans la province.

Des travailleurs tentaient de réparer les dégâts au centre-ville de Charlottetown à la suite du passage de la tempête post-tropicale Fiona.

Samedi après-midi, des travailleurs tentaient de réparer les dégâts à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard.

Photo : CBC / Shane Ross

Dennis King a parlé de dommages significatifs aux infrastructures et a indiqué que ça prendrait probablement des semaines pour évaluer l’étendue des dégâts.

« Ce sont les pires dommages que nous n’avons jamais vus et ça prendra des semaines à réparer. »

— Une citation de  Dennis King, premier ministre de l'Î.-P.-É.

Cependant, il n’a pas voulu aller aussi loin que son homologue de la Nouvelle-Écosse, qui a fait appel à l’armée.

Ce n’est pas nécessaire tant que nous n’avons pas évalué les dommages, a expliqué Tanya Mullaly.

Un marcheur au milieu d’une rue remplie de branches d’arbre tombées en raison d’une tempête.

Un marcheur à Charlottetown constate les dégâts de la tempête post-tropicale Fiona.

Photo : CBC / Shane Ross

L’école Évangéline et le centre de la petite enfance d'Abram-Village ont notamment subi des dommages importants et seront fermés pour plusieurs semaines.

La toiture de l'école Évangéline d'Abram-Village n'a pas résisté aux vents de la tempête post-tropicale Fiona.

La toiture de l'école Évangéline d'Abram-Village n'a pas résisté aux vents de la tempête post-tropicale Fiona.

Photo : Gracieuseté : Melissa DeJong

Le toit de l’édifice a été arraché par la force des vents, qui ont atteint des pointes de 170 km/h.

Un toit qui pend.

Le toit de l'école Évangéline à Abram Village à l'Île-du-Prince-Édouard s'est envolé lors de l'ouragan Fiona.

Photo : Gracieuseté/Melissa DeJong

Vers 15 h, samedi, plus de 95 % des foyers de l’Île-du-Prince-Édouard (plus de 82 000) étaient toujours sans électricité.

Le rétablissement du courant pourrait prendre encore du temps, car les techniciens de Maritime Electric doivent attendre que les vents diminuent sous 80 km/h, a indiqué le premier ministre.

Un panneau indicateur d'une rue du centre-ville est tombé sur le sol, à Charlottetown.

Plusieurs débris sont visibles au centre-ville de Charlottetown, dont ce panneau indicateur.

Photo : CBC / Shane Ross

Le chef du gouvernement a ajouté qu’il avait déjà discuté avec le premier ministre canadien, Justin Trudeau, et le ministre Dominic LeBlanc sur la possibilité d’une aide fédérale pour la reconstruction.

L'Université de l'Île-du-Prince-Édouard a laissé savoir qu'elle serait fermée dimanche et lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !