•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Des gens marchent sur la rue des Forges à Trois-Rivières avec des pancartes à la main.

Il s’agissait de la première grande marche pour le climat depuis 2019.

Photo : Radio-Canada

Plusieurs centaines de personnes sont descendues vendredi dans les rues de Trois-Rivières pour faire valoir l’importance de la lutte contre les changements climatiques. En pleine campagne électorale, des étudiants, des professeurs et des citoyens réclament davantage d’actions de la part du gouvernement provincial.

Munis de pancartes colorées et de trompettes, les manifestants se sont réunis à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) en début d’après-midi, avant de marcher jusqu’au parc Champlain, au centre-ville. On pouvait lire sur les affiches des slogans tels que cool it, les solutions existent ou on a besoin de plus d’arbres.

Des marches pour le climat se déroulaient simultanément dans d’autres villes du Québec, dont Montréal et Québec.

Plusieurs étudiants de l’UQTR et du Cégep de Trois-Rivières ont pris part à la marche. Une levée de cours a été décrétée dans les deux établissements d’enseignement. Nous, c’est de dire : ça regarde tout le monde, ça regarde les institutions, puis on doit être au rendez-vous. C’est ce qu’on a décidé de faire en levant les cours, a affirmé le directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Louis Gendron.

Le recteur de l’UQTR, Christian Blanchette, a pour sa part souligné que la communauté de l’université est très engagée dans la recherche sur l’environnement.

Des professeurs ont également pris la décision de participer à la marche. On transmet des savoirs, puis on sait depuis 50 ans que la planète se réchauffe. Puis, on sait depuis au moins une décennie que les jours, les années sont comptés. Donc, il faut agir rapidement, a évoqué Éric Therrien, professeur de physique et président du Syndicat des professeures et professeurs du Cégep de Trois-Rivières.

Outre des membres d'établissements d'enseignement, des parents préoccupés par le futur des nouvelles générations dans un contexte de changements climatiques ont marché dans les rues de Trois-Rivières en compagnie de leurs enfants.

C'est important de faire participer les enfants aussi là-dedans. On voit des enfants qui sont beaucoup anxieux par rapport à l'avenir de la planète. Ils entendent les nouvelles, ils ont peu de contrôle. C'est une façon de leur donner un peu de contrôle, de leur permettre de venir faire la marche, tenir leur petite pancarte verte, a dit Caroline Duranleau, porte-parole de Mères au front Mauricie, un mouvement de mères de la province qui militent pour l’environnement.

Le candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Trois-Rivières, Steven Roy Cullen, ainsi que le candidat du Parti québécois dans la circonscription de Nicolet-Bécancour, Philippe Dumas, étaient présents à la marche.

Il s’agissait de la première grande marche pour le climat depuis 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !