•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet Petits Ambassadeurs déployé partout au Québec

Des enfants sont assis autour d'une table.

Les enfants de quatre ans du Centre de la petite enfance Gari-Gatou, de Jonquière, participent au programme.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Né d'une initiative de la Table agroalimentaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, le projet Petits Ambassadeurs est maintenant déployé partout dans la province, si bien que 72 services de garde répartis dans 14 régions y ont dernièrement adhéré.

Ça, ce sont les chiffres de juin, mais je sais que ça a beaucoup bougé. Il y a aussi eu une bonne mouvance au niveau régional, soutient la directrice de projet pour la Table agroalimentaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Émilie Tremblay. Elle estime à 1000, le nombre d'enfants qui participent au projet dans la région.

Une femme est souriante.

La directrice de projet pour la Table agroalimentaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Émilie Tremblay, assure que le mouvement est en pleine croissance.

Photo : Radio-Canada

L'accréditation Petits Ambassadeurs est destinée aux services de garde éducatifs qui se distinguent par la mise en valeur éducative et l'intégration des produits typiques de leur région à leur menu. Le projet a été lancé officiellement dans la région en 2018, après deux ans de préparation. Au départ, 10 services de garde ont obtenu l'accréditation alors que maintenant, on en dénombre près de 30.

C'est un marché qui est assez ardu à développer parce que les appels d'offres et toute la complexité entourant le secteur public. Et l'aspect des services de garde éducatifs, on s'est orienté vers ça en 2016 parce que c'est différent. Contrairement aux établissements de santé par exemple, les services de garde éducatifs dans leurs approvisionnements, dans leurs commandes et dans leur menu, ils fonctionnent en autogestion, précise Émilie Tremblay.

Rapidement, selon elle, l'engouement a été perceptible chez les gestionnaires des milieux et les responsables alimentaires.

Ils sont vraiment devenus super mobilisés avec l'achat local. Ils sont rendus des porte-paroles, explique-t-elle.

La responsable de l'alimentation Marie-Pier Larouche est l'une de ces porte-paroles. Faire découvrir des saveurs et des textures aux amis de la garderie Gari-Gatou à Jonquière la motive au plus haut point.

Une femme verse du muesli sur une plaque de cuisson.

La responsable de l’alimentation Marie-Pier Larouche adore cuisiner avec des produits locaux.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Comme cette semaine, j'ai fait une purée de panais. Ça n'a pas passé. Mais là, c'était la première fois que je la faisais donc je me suis dit, regarde ce n'est pas grave, dans deux semaines, je le retente. Moi, ça me motive vraiment à développer, à apprendre des nouveautés. Ici, ce qui est le fun, au CPE Gari-Gatou, ils me laissent le champ libre, explique Marie-Pier Larouche.

Le projet enchante aussi les producteurs de la région, qui y voient une nouvelle opportunité d'affaires.

Cette année, le copropriétaire du Jardin de Summer, Dan Côté a vendu 80 % de ses produits aux garderies.

On utilise une plateforme où on met en ligne notre inventaire de légumes et les cuisinières dans les garderies commandent. Nous, quand on reçoit notre bon de commande, on récolte et on livre dans les 24 à 48 heures. On est aussi en discussion avec différents producteurs afin de conditionner des légumes pour subvenir au 40% d'aliments congelés que les garderies utilisent à l'année.

Le Jardin de Summer contribue aussi à la réalisation de l'un des critères de la certification: la réalisation d'activités éducatives en lien avec l'alimentation.

Une boîte de conserve de sirop d'érable biologique repose sur un comptoir.

La responsable de l’alimentation Marie-Pier Larouche utilise notamment du sirop d'érable biologique.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Plusieurs enfants de la garderie Gari-Gatou auront la chance de cueillir des citrouilles dans les prochaines semaines.

Selon la copropriétaire du Jardin de Summer, Catherine Boulay, les enfants peuvent ainsi approfondir leurs connaissances sur ce fruit d'automne.

Une femme et un homme se tiennent côte à côté devant une culture de courges.

Selon ses propriétaires, Catherine Boulay et Dan Côté, le Jardin de Summer envoie 80 % de sa production dans des garderies de la région.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Qu'est-ce que l'on peut faire avec? On est capable de faire des potages, on fait des purées, on fait des gâteaux, on fait des muffins. Donc, qu'est-ce que l'on peut faire à partir de légumes? On les amène ici pour ça! Vivre aussi l'expérience d'être dans un maraîcher, de retrouver la nature, de retrouver ce qui se passe, les odeurs, de vraiment vivre une expérience en dehors de la garderie, décrit Catherine Boulay.

L'impact d'un projet comme les Petits Ambassadeurs se manifeste bien au-delà des amis des garderies, selon Émilie Tremblay.

Les parents nous posent énormément de questions. Par exemple: Ah oui, vous achetez de l'avoine de la région? C'est quelle entreprise? C'est où je peux trouver ça? Les enfants vont venir nourrir cet intérêt-là, met-elle en lumière.

Plusieurs courges sont alignées les unes à côté des autres.

Le Jardin de Summer propose plusieurs variétés de courges.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Émilie Tremblay croit que les connaissances acquises lors de la mise en place du projet dans la région et dans la province plus récemment pourraient éventuellement être reproduites dans d'autres milieux.

On fait des activités de réseautage, on recense l'offre, on accompagne les entreprises bioalimentaires, à adapter leurs produits aux milieux, que ce soit l'aspect nutritif, l'aspect des formats, l'aspect des allergies. Tous ces travaux-là pourront avoir des répercussions super intéressantes pour le milieu scolaire, le milieu de la santé qui ont sensiblement les mêmes enjeux au niveau des produits, conclut Émilie Tremblay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !