•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tempête Fiona : état d’urgence maintenu aux Îles-de-la-Madeleine

Des maisons de bois inondées.

Les boutiques du site historique de La Grave, à Havre-Aubert, ont été inondées samedi.

Photo : Gracieuseté de Martin Fournier

La tempête post-tropicale Fiona a frappé samedi les Îles-de-la-Madeleine causant d'importantes pannes de courant, des débordements côtiers, des inondations et des dégâts. Les autorités municipales ont annoncé samedi après-midi le maintien de l'état d'urgence, décrété vendredi soir, ainsi que le maintien de la fermeture des routes.

Le maire suppléant, Richard Leblanc, a demandé samedi matin aux Madelinots de rester à la maison et de ne pas sortir.

« Il y a beaucoup d'entraves sur les chemins. Il y a des arbres, il y a des pierres, il y a des matériaux qui se sont envolés. Il y a des débordements, des inondations. C'est pour ça qu'on vous demande d'éviter d'emprunter la route ce matin. »

— Une citation de  Richard Leblanc, maire suppléant des Îles-de-la-Madeleine

Le pire pourrait encore survenir, puisque la tempête Fiona n’est pas finie. Après une légère accalmie en fin de matinée, les forts vents ont repris samedi après-midi et ne devraient se calmer que vers 3 h dans la nuit de samedi à dimanche.

Interdiction de circuler

La route 199 et l'ensemble du réseau routier des îles sont fermés jusqu'à nouvel ordre. La municipalité maintenait samedi après-midi l'interdiction de circuler pour permettre à ses équipes de réaliser des travaux et de sécuriser les chemins dès que possible.

« On demande à la population de ne pas circuler sur le réseau routier. Il en va de leur sécurité. Seuls les véhicules d'urgences sont autorisés à se déplacer à ce stade-ci. »

— Une citation de  Jean-Philippe Langlais, porte-parole du ministère des Transports du Québec
Un homme appuyé sur son camion regarde les chalets inondés dans le secteur de La Martinique.

L'ensemble du réseau routier est fermé depuis samedi matin aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Des dizaines de sinistrés

Des évacuations ont eu lieu samedi matin, entre autres dans le secteur de la Grave, à Havre-Aubert, et de la Pointe, à Havre-aux-Maisons. En milieu de journée, le nombre de personnes sinistrées s'élevait à 22, selon Richard Leblanc.

Quatre centres d'hébergement ont également ouvert leurs portes samedi matin sur l'île centrale, à Havre-Aubert, à Grosse-Île et à Havre-aux-Maisons.

Des maisons près de la plage sous un ciel gris.

Les vagues attribuables à Fiona vues de la Dune-du-Sud à l'île de Havre-aux-Maisons au petit matin

Photo : Gracieuseté : Anthony Chiasson

Les autorités affirmaient samedi après-midi qu'il était encore trop tôt pour évaluer le nombre de résidences endommagées par la tempête ou emportées par la mer.

Le travail de nettoyage dans la municipalité devrait commencer dimanche matin, selon Richard Leblanc. Le maire suppléant a aussi précisé que les infrastructures municipales resteraient fermées dimanche.

Par ailleurs, Élections Québec a annoncé qu'en raison du passage de la tempête, les bureaux de vote par anticipation seront fermés dimanche aux Îles-de-la-Madeleine. Si la situation le permet, ils ouvriront lundi.

Limiter la consommation d'eau

Richard Leblanc demande aux Madelinots de limiter leur consommation d’eau potable.

Bien que les réservoirs de la municipalité disposent encore d'un bon niveau d'eau, il invite les résidents à ne pas gaspiller la ressource.

« Les coupures d’électricité réparties sur le territoire ne permettent pas de pomper autant d’eau qu’on est habitués de le faire quotidiennement. On est mieux d'économiser maintenant au cas où. »

— Une citation de  Richard Leblanc, maire suppléant des Îles-de-la-Madeleine

Bris sur le câble de télécommunication COGIM 1

Le système de communications ne tient plus qu'à un fil sur l'archipel. Le Réseau intégré de communications électroniques des Îles-de-la-Madeleine (RICEIM) a publié samedi matin un communiqué indiquant un bris sur le COGIM 1 qui  serait localisé à environ 14 km des berges de l’Anse à Borgot, à l’Étang-du-Nord. Il s'agit de l'un des deux câbles sous-marins qui assurent le lien de télécommunication entre l'archipel et le continent.

Le RICEIM affirme que ce bris n'a pas de répercussion sur la qualité du réseau Internet et des communications, qui dépend maintenant du COGIM 2.

« S’il devait survenir un bris sur le COGIM 2, Télébec/Bell et les autorités gouvernementales sont en mode vigie et prêts à intervenir à tout moment afin de déployer le lien Internet micro-ondes mis en place par le gouvernement du Québec. »

— Une citation de  Réseau intégré de communications électroniques des Îles-de-la-Madeleine

Pannes de courant

Les forts vents ont causé de nombreuses pannes d'électricité. Environ le tiers des résidents des Îles-de-la-Madeleine se sont réveillés dans le noir samedi matin. À 16 h, moins de 1000 clients d'Hydro-Québec étaient toujours sans électricité.

Une photo de l'église.

Une partie du toit de tôle de l'église de Saint-Pierre-de-La Vernière, à l'Étang-du-Nord, a été emporté par les vents.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Hydro-Québec indiquait samedi après-midi que ses équipes avaient pu commencer à rétablir le courant et à redresser des poteaux lors des opérations de sécurisation, avant d'être interrompues par la reprise de la tempête.

Les équipes doivent de nouveau attendre que les vents diminuent pour pouvoir rétablir le service.

Des dégâts importants

La pluie, les vents et les vagues ont causé bien des dégâts dans l'archipel.

Le Madelinot Michel Nadeau marchait sur la berge pour veiller sur sa maison quand il a vu les résidences voisines être englouties par la mer. Il se dit chanceux d'avoir enroché sa demeure, qui n'a ainsi pas subi les mêmes dommages.

« J'ai entendu des fenêtres qui cassaient. Je me suis rendu un peu plus loin et le premier chalet, qui était en péril, j'ai même vu le frigidaire sortir et prendre l'eau. L'autre chalet à côté s'est écrasé aussi. »

— Une citation de  Michel Nadeau, résident des Îles-de-la-Madeleine

Dans le secteur de La Martinique, des résidences secondaires ont été inondées. Certaines ont même été déplacées par la force des vents et des vagues.

Des débris jonchent la route et une maison est endommagée dans le secteur de La Martinique, aux Îles-de-la-Madeleine.

Après le passage de la tempête Dorian en 2019, la Municipalité avait demandé aux propriétaires de chalets de quitter le secteur de La Martinique, mais certains avaient choisi de rester.

Photo : Radio-Canada / Karine Bastien

Les rafales soufflaient à plus de 100 km/h samedi matin. Les bateaux se rapprochaient dangereusement des quais en raison des débordements côtiers, ce qui inquiétait les pêcheurs.

Des Madelinots rencontrés au quai de Cap-aux-Meules disaient n’avoir jamais vu un niveau d’eau aussi élevé.

Des bateaux de pêche surélevés près d'un quai.

Le niveau de l'eau atteint celui du quai, ce qui surélève dangereusement les bateaux au quai de Cap-aux-Meules.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les autorités invitent les personnes dont la sécurité serait menacée à contacter le service d’urgence 911.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, compte se rendre aux Îles-de-la-Madeleine dimanche si les conditions météorologiques le permettent.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !