•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces plantes non indigènes qui envahissent le parc Stanley à Vancouver

Des nénuphars, septembre 2009.

Les nénuphars, introduits dans le lac Beaver dans les années 1930, ont complètement envahi ce lac.

Photo : Monia Blanchet

On retrouve de plus en plus de plantes non indigènes dans le parc Stanley, au coeur de Vancouver. Bien qu’elles soient souvent jolies, elles ne sont pas les bienvenues, rappellent des experts qui s'efforcent de les retirer.

Les plantes envahissantes sont des plantes non indigènes qui causent des dommages aux plantes, aux oiseaux et à tout autres espèces indigènes environnantes.

Selon Andy Ferguson, coordonnateur à la Stanley Park Ecology Society, il est possible de savoir depuis combien de temps et comment la majorité des plantes envahissantes se sont retrouvées dans le parc Stanley.  

Nous savons que dans les 1930, seulement quelques nénuphars ont été plantés dans le lac Beaver. Aujourd’hui, on peine à voir l’eau du lac. On se fait souvent demander où se trouve le lac, alors que les gens se trouvent juste à côté.

« Le nénuphar est l'une des plus belles plantes envahissantes, selon moi. »

— Une citation de  Andy Ferguson, coordonnateur de l'intendance, Stanley Park Ecology Society

Les plantes envahissantes, bien qu’elles soient souvent jolies, et que certains fruits soient bons, elles ne sont pas les bienvenues.

Non seulement les plantes envahissent l’espace en grand nombre, mais elles se nourrissent des nutriments dans le sol dont les autres plantes ont besoin pour vivre. Les conséquences sur la biodiversité sont importantes.

Si on ne fait rien, les buissons de mûres vont prendre toute la place et détruire les plantes indigènes comme les ronces remarquables, ronces odorantes et ce, en moins de 10 ans, explique Andy Ferguson. 

Avec seulement une espèce de plantes qui produit des fruits à un seul moment de l’année, l’accès à des sources de nourriture diminue pour les oiseaux, poursuit-il.

Andy Ferguson, 21 septembre 2022.

Andy Ferguson, coordonnateur à la Stanley Park Ecology Society, explique que les plantes envahissantes viennent bouleverser l'écosystème du parc Stanley.

Photo : Radio-Canada / Monia Blanchet

Tout le monde peut faire sa part pour aider à contrer la propagation des plantes envahissantes. Voici quelques conseils que suggère Andy Ferguson :

  • Si vous habitez près du parc Stanley et que vous avez un jardin, assurez-vous de ne pas y mettre des plantes envahissantes. Vous pouvez consulter le Invasive Species Council of BC pour connaître les bonnes espèces à planter ;

  • Si vous avez des plantes envahissantes dans votre jardin, prenez le temps de vous informer pour savoir comment en prendre soin pour prévenir sa propagation ;

  • Si vous marchez dans le parc Stanley, nettoyer le dessous de vos souliers, puisque vous pouvez transporter des graines sur les semelles ;

  • Si vous faites du vélo, nettoyez les pneus, pour éviter de transporter des graines ;

  • Les graines peuvent aussi s’attacher aux vêtements et ensuite tomber lors de notre visite dans le parc. Éviter de toucher des plantes ou des fleurs avant de vous promener dans le parc Stanley.

Ronce d'Arménie, 21 septembre 2022.

Le nom des plantes indique parfois qu'elles ne sont pas d'ici, comme le lierre anglais et la ronce d’Arménie, deux espèces envahissantes dans le parc Stanley.

Photo : Radio-Canada / Monia Blanchet

Andy Ferguson insiste : n'arrachez pas vous-mêmes les plantes envahissantes lors de votre marche dans le parc. En plus de pouvoir vous tromper sur ce que vous enlevez, il existe une méthode spécifique pour se débarrasser des plantes envahissantes en évitant que les graines ou les racines tombent sur les sentiers et se reproduisent à un autre endroit dans le parc.

De plus, certaines plantes peuvent provoquer des éruptions cutanées ou encore être toxiques.

Andy Ferguson suggère de joindre le programme Dedicated Invasive Removal Team. Ce groupe de bénévoles est supervisé par la Stanley Park Ecology Society, et se rend dans le parc 3 à 4 fois par semaine pour enlever les plantes envahissantes.

Une façon d'aider dans un environnement sécuritaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !