•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un taux de réussite de 85 % pour le programme de formation de préposés aux bénéficiaires

Une préposée aide un patient à circuler dans un corridor d'une résidence pour personnes âgées.

Un manque préoccupant de places en résidences privées pour aînés. (archive)

Photo : Shutterstock / GagliardiPhotogra

Radio-Canada

Les préposés aux bénéficiaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean formés grâce à un programme en accéléré mis de l’avant par le gouvernement du Québec pendant la pandémie de COVID-19 ont complété leur formation en grand nombre.

Le taux de réussite est de 85 % dans la région.

Selon les données fournies par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS), 316 étudiants ont reçu leur diplôme. De ce nombre, 310 ont été embauchés par le CIUSSS. Les six autres finissants ont déménagé et ont été embauchés dans d’autres régions du Québec.

Mère de cinq enfants, Jessica Dubois est préposée aux bénéficiaires depuis 10 mois. Elle a quitté son poste d’éducatrice en garderie et son horaire de 8 h à 17 h du lundi au vendredi pour un poste de soir au CHSLD de Roberval. Il y a un peu moins d'un an, cette Almatoise s'est inscrite, non sans nervosité, sur le site Je contribue, mis de l’avant par Québec pour dénicher des ressources prêtes à aider en CHSLD.

Une femme à l'extérieur.

Jessica Dubois est mère de cinq enfants et préposée aux bénéficiaires.

Photo : Radio-Canada

J'avais peur de faire des quarts de nuit, des heures supplémentaires obligatoires, de ne pas être capable de faire la conciliation travail-famille, ça a été long pour me lancer, j'ai remis mon inscription, a-t-elle relaté, en entrevue.

Aujourd'hui, Jessica Dubois ne s'imagine pas dans un autre domaine professionnel.

J'ai réalisé que j'avais fait vraiment le bon choix, là, c'était mon choix de vie, poursuit-elle.

L'accompagnement en milieu de stage a facilité la rétention, croit Dominique Gagnon, conseiller-cadre à la planification de la main-d’œuvre au CIUSSS.

On les supervise énormément, ils sont jumelés avec des préposés aux bénéficiaires, ils sont intégrés graduellement de la bonne façon, dans une famille entre guillemets , illustre-t-il.

Jessica Dubois confirme.

On fait un mois de formation, on vient tout de suite en stage, quelques jours à l'école : du travail-études si on veut. Ça se fait super bien et c'est assez accessible , témoigne la jeune préposée.

Le manque de personnel demeure toutefois un enjeu dans les CHSLD de la région. Le haut du Lac-Saint-Jean est le secteur le plus durement touché.

Un homme devant un établissement de santé.

Dominique Gagnon est conseiller-cadre à la planification de la main d'oeuvre au CIUSSS.

Photo : Radio-Canada

Sans cet apport-là, on aurait été beaucoup plus dans le trouble qu'on est là. Là, on est sur la bonne voie, on espère que les gens vont continuer de s'inscrire aux formations, ajoute Dominique Gagnon.

Le CIUSSS ouvrira deux nouvelles cohortes à Chicoutimi et à Roberval en octobre.

D'après le reportage de Flavie Villeneuve

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !