•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un artiste des T.N.-O. en voie de concevoir la plus grande raquette au monde

Une personne est debout à côté d'une longue raquette en bois, avec une maison en arrière-plan, en été.

La raquette de l'artiste Michel Labine, de Fort Smith, mesure 7,7 m.

Photo : Radio-Canada / Carla Ulrich

Radio-Canada

L’artiste métis Michel Labine est sur le point de terminer la plus grande raquette au monde à Fort Smith, aux Territoires du Nord-Ouest, et espère que sa création entrera dans le livre Guinness des records.

Il travaille sur la conception de sa raquette traditionnelle depuis environ trois mois, quand la température extérieure le permet.

L’artiste dit que l’idée de concevoir une raquette lui est venue quand il a réalisé qu’il ne pouvait pas acheter de raquettes commerciales en raison d’une pénurie de bois. Michel Labine aime concevoir des œuvres originales en apposant des morceaux de vitrail sur des raquettes commerciales.

« J’ai décidé de fabriquer une raquette, puis j’ai décidé de fabriquer une très grosse raquette. »

— Une citation de  Michel Labine, artiste métis de Fort Smith
Michel Labine devant une grande raquette, en été, avec une maison et un garage en arrière-plan.

Les œuvres de l'artiste métis Michel Labine, de Fort Smith, sont bien connues aux Territoires du Nord-Ouest. Sa raquette géante s'ajoutera à son portfolio.

Photo : Radio-Canada / Carla Ulrich

Michel Labine dit que le record actuel de la plus longue raquette au monde est de 3 m. Il a donc décidé d’en fabriquer une encore plus grosse.

Sa raquette, qui est presque terminée, mesure 7,7 m de long.

Il avait pensé au départ ajouter un morceau de vitrail sur sa raquette, puisque c’est sa signature d’artiste. Mais pour pouvoir faire reconnaître son record par le livre Guinness des records, il avait besoin de fabriquer une raquette traditionnelle, entrelacée. Michel Labine s’est inspiré du style traditionnel Ojibwe ou Mountain Déné.

Des raquettes avec vitrail montrant des scènes nordiques avec des baleines et ours polaires.

Michel Labine crée des raquettes ornementées de vitrail (archives).

Photo : Fournie par Michel Labine

Pas si simple de respecter les proportions

Mettre à l’échelle sa raquette a été assez complexe. Les mesures d’une raquette de taille normale ont été multipliées par 6,24 pour arriver à fabriquer une raquette proportionnelle mesurant entre 7,3 et 7,9 m.

Pour entrelacer sa raquette géante, Michel Labine a utilisé une peau de bison au complet, qui a été transformée en 178 m de babiche. Il a dû défaire et refaire la babiche trois fois pour parvenir au résultat voulu.

Une main tient un ruban à mesurer sur un morceau de bois, à Fort Smith, en septembre 2022.

L'une des étapes cruciales du projet de Michel Labine est de mesurer avec précision la raquette, et d'envoyer ces mesures aux responsables du livre Guinness des records.

Photo : Radio-Canada / Carla Ulrich

Ce ne sera pas parfait, mais je n’ai jamais vu une raquette commerciale entrelacée à la perfection non plus, relativise Michel Labine.

La babiche n’est pas encore complètement sèche. Une fois séchée, Michel Labine pourra terminer le vernis, la dernière étape de conception.

Puis, la raquette devra être mesurée par un professionnel, devant deux témoins, et le processus devra être filmé. Heureusement pour Michel Labine, son voisin est arpenteur-géomètre.

Je vais vraiment pousser un soupir de soulagement quand la raquette aura été mesurée, et les mesures soumises et acceptées, explique l’artiste. Ce sera dans les mains du livre Guinness!

Michel Labine espère que sa raquette pourra rester dans la communauté et être exposée dans les bureaux de la Première Nation Salt River ou dans le commerce local NSIXTY Trading Company. Il souhaite également que le guide touristique des Territoires du Nord-Ouest en fasse mention afin d’attirer les touristes à Fort Smith.

Ce projet a été rendu possible grâce au financement du Conseil des arts des T.N.-O. et Michel Labine espère que son projet donnera envie à d’autres artistes de la communauté de créer des œuvres de grand format.

Avec les informations de Carla Ulrich

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !