•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de personnes marchent pour le climat à Sherbrooke

Des manifestants avec des banderoles sur lesquelles est écrit :  « La planète en grève. L'Estrie se mobilise. »

Les manifestants ont commencé leur marche au parc Jacques-Cartier. Elle se terminera au centre-ville de Sherbrooke vers 15 h 30.

Photo : Radio-Canada / Titouan Bussière

Radio-Canada

La rue King Ouest, à Sherbrooke, a été envahie par des centaines de manifestants marchant pour une meilleure justice climatique et sociale ce vendredi après-midi.

La manifestation a été organisée par le Comité unitaire pour l'environnement de l'Estrie, qui regroupe associations étudiantes, syndicales et communautaires. Des étudiants du Cégep de Sherbrooke et de l'Université de Sherbrooke ainsi que des membres de nombreux syndicats ont participé au rassemblement. Ces marcheurs ont ainsi rejoint plus de 130 000 étudiants et 14 000 travailleurs prenant part à cette mobilisation à travers plusieurs villes du Québec.

Des manifestants dans une rue.

Des étudiants de l'Université de Sherbrooke et du Cégep de Sherbrooke participent à la mobilisation.

Photo : Radio-Canada / Brigitte Marcoux

Le rassemblement a pris son envol à 13 h au parc Jacques-Cartier. Les participants se sont d'abord arrêtés devant les bureaux de la députée fédérale de Sherbrooke, Élisabeth Brière, sur la rue King Ouest.

Plusieurs arrêts sont prévus en cours de route, où des discours seront faits. De plus, des bannières seront dévoilées au stationnement La Grenouillère, au centre-ville, et un rassemblement final aura lieu à l'hôtel de ville de Sherbrooke. Le tout devrait se terminer vers 15 h 30.

Deux immenses banderoles qui pendent d'un stationnement à étages sur lesquelles est inscrit : « Taxer massivement la richesse, réinvestir massivement dans les services » et « Bannir les énergies fossiles d'ici 2030 ».

Des grandes banderoles ont été installées au stationnement La Grenouillère, au centre-ville de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Samuel Montigny

L'objectif, c'est de crier notre indignation, notre colère. C'est aussi pour promouvoir nos deux revendications : bannir les énergies fossiles d'ici 2030 et taxer massivement la richesse pour la réinvestir massivement, a indiqué l'un des organisateurs de l'événement et coordonnateur de l'organisme Solidarité populaire Estrie, Pascal Florant.

Au lendemain du débat électoral, M. Florant n'a pas voulu commenter les engagements des chefs de parti à l'égard de l'environnement. On ne contrôle pas ce qui se dit en campagne électorale. Ce qu'on contrôle, c'est nos revendications. Notre objectif, c'est de monter la pression parce qu'on n'est pas satisfaits [de] ce qui s'est fait dans les dernières années. On va la monter tant et aussi longtemps que ce ne sera pas clair qu'on veut régler la crise climatique et sociale.

Les manifestants participent au mouvement Fridays for Future qui appelle à une grève mondiale pour la justice climatique. Rappelons que c'est la militante écologiste Greta Thunberg qui est à l'origine de ce mouvement de protestation né en Suède en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !