•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport Sherbrooke-Montréal : plus d’autobus, un train, mais pas d’avion en Estrie

Un train de passagers circule sur une voie ferrée sinueuse en été.

Une majorité souhaite que des liaisons de train soient établies entre Sherbrooke, Montréal et Québec.

Photo : Reuters / Shaun Best

Radio-Canada

Une majorité d'Estriens sondés par Ipsos pour le compte de Radio-Canada affirme qu'il est important que Québec améliore l'offre de transport entre Sherbrooke et les deux grands centres urbains à proximité, soit Montréal et Québec.

Un peu plus du tiers estime qu'il est peu ou pas important d'agir sur cette offre de transport. Les résultats seraient les mêmes, peu importe l'âge ou le genre.

Ce sont surtout les offres de transports collectifs terrestres, comme le train ou l'autobus, qui doivent être bonifiées, selon les personnes sondées. Près de 85 % estiment qu'il devrait y avoir des liaisons par train, et 82 % croient qu'il faut augmenter le service par autobus.

Il y a un très grand désir d'augmenter l'offre de transport en commun, que ce soit l'autobus ou le train, explique Sébastien Dallaire, directeur général d'Ipsos Québec. C'est très constant, peu importe où on se trouve en Estrie.

Ce seraient les personnes âgées de 55 ans et plus qui favoriseraient le train (87 %), alors que les 18-34 ans seraient davantage en faveur de l'autobus (87 %). Quant aux 35 à 54 ans, ils seraient moins nombreux à préférer l'autobus (76 %) que le train (83 %). Mais il y a peu de différences entre les générations. Ça se ressemble beaucoup, nuance-t-il.

Seulement 37 % soutiennent qu'il serait plutôt préférable d'élargir les autoroutes existantes. Quant à l'avion, ce choix ne remporte pas la faveur populaire : 34 % des personnes sondées en moyenne croient qu'il s'agit d'une bonne option pour améliorer le transport vers Montréal et Québec. Les personnes âgées de 55 ans et plus seraient plus enclines à appuyer cette proposition (40 %) que les 18-34 ans. Sébastien Dallaire soutient cependant que c'est une option, somme toute, qui n'est pas très populaire.

« L'option [d'offrir] des liaisons aériennes, qui a été discutée beaucoup en Estrie au fil des années, on voit qu'il y a une très grande démarcation [avec le transport collectif]. »

— Une citation de  Sébastien Dallaire, directeur général d'Ipsos Québec

Méthodologie

Ce sondage web Ipsos commandé par Radio-Canada a été mené auprès de 500 personnes de l'Estrie admissibles au vote, du 1er au 9 septembre 2022.

Une pondération a été appliquée en fonction du genre, de l’âge, de la langue et du niveau d'éducation afin de s’assurer que la composition de l’échantillon soit représentative de l’ensemble de la population estrienne, selon les données de recensement.

À titre indicatif, un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d'erreur de plus ou moins 5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !