•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault aura « fait foncer [le Québec] dans le mur climatique », accuse Nadeau-Dubois

Remonté contre son rival François Legault, le co-porte-parole de Québec solidaire se présente comme l'incarnation des préoccupations de sa génération et promet un Québec soucieux de l'environnement, en cette journée mondiale de manifestation pour le climat.

Gabriel Nadeau-Dubois devant son autobus de campagne.

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a répondu sans pincettes à François Legault qui lui reprochait, la veille, « de vivre au pays des merveilles ».

Photo : Radio-Canada / Valérie Gamache

Un candidat « chialeur » sans plan pour le climat, dont la vision en la matière est restée coincée aux années 1990 et qui se prête volontiers au jeu de la désinformation pour décrédibiliser ses rivaux. Voici, en condensé, le portrait qu’a brossé vertement Gabriel Nadeau-Dubois, le co-porte-parole de Québec solidaire, à propos de son rival et premier ministre sortant François Legault.

Quand le premier entend être le reflet des inquiétudes qui montent à propos du climat, le second a fait de l’économie le fer de (re)lance de sa campagne. Entre les deux, le ton s’échauffe sur le terrain électoral à coup de qualificatifs de plus en plus assassins, sur fond de valeurs générationnelles.

François Legault a fait la démonstration qu’il aurait été un premier ministre correct en 1992, quand la lutte aux changements climatiques n’était pas une priorité pour toute une génération, a résumé Gabriel Nadeau-Dubois, qui n’a pas lésiné sur les comparaisons péjoratives pour dénoncer la vision dangereusement rétrograde du premier ministre sortant, selon lui.

« François Legault, c’est Monsieur Impossible, Monsieur "On n'est pas capable"... il désinforme les Québécois sur les plans de Québec solidaire. C’est indigne. »

— Une citation de  Gabriel Nadeau-Dubois, co-porte-parole de Québec solidaire

Suite du florilège : Legault est attaché à une vision du passé, avec une économie de 2022 calée sur 1992, a lancé son rival solidaire.

L’ancien militant des amphithéâtres, qui s'est fait connaître lors de la crise étudiante de 2012, continue d'entretenir son aura auprès des jeunes citoyens mobilisés. Il a annoncé sa participation à la manifestation pour l’urgence climatique, une journée symbolique pour mettre en exergue ses dissensions avec le gouvernement caquiste.

Autre effet des divergences politiques sur la question environnementale, des candidats et ministres de la Coalition avenir Québec ont dû être escortés par des policiers hors de la manifestation climatique où ils n'étaient pas les bienvenus.

Rectificatifs

Aux yeux de Gabriel Nadeau-Dubois, l’histoire retiendra le passage de M. Legault comme ce premier ministre qui nous a fait foncer dans le mur climatique. Le candidat solidaire lui a aussi reproché d’avoir passé le débat d’hier à chialer sur Québec solidaire sans proposer à son tour de plan pour l’environnement.

La stratégie politique de riposte visait aussi à introduire une nouvelle promesse électorale : 45 millions de dollars par année seraient accordés aux municipalités pour les aider à s’adapter aux changements climatiques si Québec solidaire était porté au pouvoir.

Le candidat solidaire s'est défendu de vouloir fermer des entreprises pour entreprendre le virage écologique, une attaque de son rival caquiste qui veut faire peur au monde, selon lui.

Dans un contexte de changement de notre économie, certains secteurs sont plus fragiles, a reconnu M. Nadeau-Dubois, en citant ceux de la pétrochimie et des raffineries dont l'activité va naturellement baisser, croit-il.

La demande mondiale va plafonner et éventuellement décroître, a-t-il anticipé, en complétant ses propos tenus la veille au débat des chefs, où il a affirmé que son programme accompagnerait les entreprises du secteur des hydrocarbures dans leur transition.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !