•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être ou ne pas être maire à l’ère des changements climatiques, là est la question

Le maire de Princeton, Spencer Coyne, est devant une maison qui a été endommagée par les inondations de novembre 2021.

Le maire de Princeton, Spencer Coyne, constate les dégâts laissés par les inondations de novembre 2021. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Avec les changements climatiques et des désastres météorologiques de plus en plus fréquents, comme le dôme de chaleur, l’incendie qui a ravagé le village de Lytton, la rivière atmosphérique ou encore les inondations de novembre 2021, les candidats aux élections municipales du 15 octobre en Colombie-Britannique doivent être prêts à toute éventualité.

Les maires, mairesses et conseillers municipaux qui seront élus aux prochaines élections municipales pourraient soudainement avoir à gérer des inondations, des feux de forêt et des évacuations.

La Ville d’Abbotsford a fait la manchette dans tout le pays lorsqu’une rivière atmosphérique a inondé une vallée agricole, ce qui a causé la mort des milliers d'oiseaux et de têtes de bétail, et entraîné l’évacuation de centaines d’agriculteurs.

Le maire d'Abbotsford Henry Braun devant la carte du retour à la maison.

Le maire d'Abbotsford, Henry Braun, décrit l'état des zones toujours sous le coup d'un ordre d'évacuation en novembre 2021.

Photo : Site : YouTube Ville d'Abbotsford

Le maire d’Abbotsford, Henry Braun, affirme qu’il n’aurait jamais cru devoir faire face à un désastre de cette envergure.

Je pensais gérer des problèmes d'itinérance, de santé mentale, de dépendance, explique-t-il. Mais comme je l’ai expliqué à un autre maire : j’avais prévu de faire face à l'imprévisible, je ne savais juste pas encore ce que c’était.

De son côté, le maire de Princeton, Spencer Coyne, explique que l’inondation de novembre 2021 a représenté un vrai défi pour sa petite municipalité de près de 3000 âmes.

Il y a eu 5 ou 6 urgences à la fois, des problèmes avec l’eau, les égouts, l’infrastructure, les routes et même une maison qui a été détruite par les flammes pendant les inondations. Je ne souhaite cela à personne, confie-t-il.

Une voiture immergée dans de l'eau devant des maisons elles aussi inondées.

Une voiture est complètement inondée dans une rue de Princeton en novembre 2021.

Photo :  CBC / Tom Popyk

Des difficultés pour les petites communautés

Gérer des urgences climatiques est extrêmement difficile, surtout pour les petites municipalités, affirme le maire de Princeton.

« Les petites villes rurales ne peuvent pas y arriver toutes seules. Elles sont devenues l’exemple par excellence de l’impact des changements climatiques au Canada! Nous avons besoin de l'aide de la province et de l'aide du gouvernement fédéral! Pas seulement que le gouvernement fédéral vienne à une table de discussion et dise qu’il va aider, mais vraiment qu'il aide concrètement. »

— Une citation de  Spencer Coyne, maire de Princeton

Le premier ministre britanno-colombien, John Horgan, a souligné dans son dernier discours devant les maires de la province à la rencontre annuelle de l'Union des municipalités à Whistler, à la mi-septembre, le travail acharné des maires, surtout face à toutes les urgences météorologiques qu’ils ont dû affronter.

Un automobiliste arrêté au bord de la route Transcanadienne observe un feu de forêt à flanc de montagne à Lytton, en Colombie-Britannique, le jeudi 1er juillet 2021.

Des incendies comme celui qui a ravagé la municipalité de Lytton, en Colombie-Britannique, risquent de devenir de plus en plus courants à cause des changements climatiques, selon des experts.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Des élus municipaux venus des quatre coins de la Colombie-Britannique qui ont pris part à cette rencontre ont uni leurs voix pour demander à la province de les aider, par exemple en reprenant la responsabilité de l’entretien des digues.

Le premier ministre, John Horgan, a précisé, durant un point de presse, que la province allait continuer à travailler avec les villes pour trouver une façon de collaborer pour le financement et l'entretien des digues. Il a toutefois apporté une précision : La province ne peut pas être la seule responsable de toutes les digues et de tous les impacts des changements climatiques.

Se représenter ou pas?

Du côté de Lytton, le village qui a été complètement ravagé par un incendie de forêt pendant le dôme de chaleur de juin 2021, entre le maire et les quatre conseillers municipaux, seule la conseillère municipale Melissa Michell se représente aux élections du 15 octobre.

À Abbotsford, le maire Henry Braun prendra sa retraite pour passer plus de temps avec sa famille.

Il affirme que les inondations ne l’ont pas découragé, bien au contraire, et qu’il a été tenté de diriger la Ville pendant quatre ans supplémentaires, mais que, en fin de compte, il a décidé de passer du temps en famille plutôt que de gérer des urgences.

Le maire d'Abbotsford, Henry Braun.

Le maire d'Abbotsford, Henry Braun, ne se représente pas aux élections municipales du 15 octobre 2022.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Quant à Spencer Coyne, le maire de Princeton, il dit que les quatre conseillers municipaux et lui-même se représentent tous.

« C’est ma communauté, ce sont mes voisins, mes amis et les membres de ma famille. Je n’ai pas fini le travail [de reconstruction] et je sens vraiment qu’il est de mon devoir de finir cela pour eux. »

— Une citation de  Spencer Coyne, maire de Princeton
Une brèche dans la digue de la rue Cole, à Abbotsford, après les pluies diluviennes qui ont causé des inondations et des glissements de terrain. (19 novembre 2021)

Une rivière atmosphérique a causé l'inondation d'une vallée agricole à Abbotsford en novembre 2021. (Archives)

Photo : Reuters / JENNIFER GAUTHIER

Des conseils pour les nouveaux élus

Les maires d’Abbotsford et de Princeton conseillent tous deux aux nouveaux élus municipaux de s’attendre à tout, mais de ne pas hésiter à s’appuyer sur leur équipe d’experts et le personnel municipal.

Nous ne sommes pas des experts dans tous les domaines », explique Spencer Coyne. « Donc, des personnes nous donnent des informations, et nous devons leur faire confiance.

Le maire d’Abbotsford, Henry Braun, ajoute qu’il est essentiel de ne pas oublier le rôle du maire ou de la mairesse : Je dis aux jeunes qui aspirent à la politique que leur rôle est de gouverner et d’élaborer des politiques. Parce que, même si on a un diplôme, par exemple en ingénierie, c’est le personnel municipal spécialisé qui s’occupe des opérations quotidiennes et fait partager son savoir aux élus, qui à leur tour, prennent des décisions.

C'est donc un travail d’équipe, dit en résumé le maire d’Abbotsford. Ce dernier ajoute que les 35 jours consécutifs où il a dû travailler de 18 à 20 heures par jour semblent, en rétrospective, s’être déroulés à la vitesse de l’éclair.

Avec des informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !