•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

59 M$ en études sur le 3e lien, mais toujours rien de public

Une plateforme de forage installée dans le fleuve entre Québec et Lévis. Le Château Frontenac trône en arrière-plan.

Une plateforme de forage fait des prélèvements dans le fond du fleuve Saint-Laurent pour documenter la qualité des sols en vue de la construction du tunnel Québec-Lévis.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Le ministère des Transports (MTQ) a signé un contrat de 31 M$ pour la préparation de l’avant-projet du tunnel entre Québec-Lévis, ce qui porte le montant total investi dans les études sur le troisième lien à 59,3 M$. Le gouvernement n’a toutefois aucune donnée à partager avec les contribuables.

Ce contrat a été signé avec le consortium Union des Rives en avril 2022, selon la liste des engagements financiers du MTQ.

L'étape d'avant-projet prévoit notamment la conception d’infrastructures de transport routier incluant des tunnels, des structures et des ouvrages d’art, selon l’appel d'offres lancé en juin 2021, moins de deux mois après que le gouvernement eut présenté son Réseau express de la Capitale (REC) qui incluait à l’époque la construction d’un tunnel de 19,4 m.

Appelé à réagir, le cabinet de François Legault a répondu : Ces investissements additionnels pour l’avant-projet démontrent clairement que notre projet de troisième lien Québec-Lévis avance et se réalise. Il est tout à fait normal que des dépenses soient engagées. [...] Les Québécois de la grande région de Québec nous ont donné un mandat fort en 2018 : celui de réaliser le projet de troisième lien. C’est ce qu’on fait.

En vertu du Guide de préparation des projets du MTQ, la phase d’avant-projet est celle qui suit l’étude d’opportunité.

François Legault martèle toutefois, depuis une semaine, que l’étude d’opportunité pour son projet de tunnel à quatre voies qui relie les centres-villes de Québec et de Lévis est toujours en cours et qu'elle sera terminée au début de 2023.

Le gouvernement se lance donc dans la deuxième phase du projet avant même d’avoir obtenu les résultats de son étude d’opportunité qui permet d'apprécier si un projet mérite d'être réalisé.

Cette dernière permettrait notamment de connaître la faisabilité du projet, son échéancier, ses coûts, ses raccordements possibles, de même que ses impacts sur le territoire, la circulation et le transport en commun.

Le MTQ indique ne pas avoir enfreint ses propres règles.

Ce cheminement peut être modifié en cours de route pour une multitude de facteurs, comme des gains de productivité, [la] maximisation des échéanciers, [des] considérations techniques. [...] Certains appels d’offres peuvent parfois débuter de façon concomitante en fonction de l’approche choisie par le Ministère, toujours en respect de la Loi sur les contrats des organismes publics, répond le porte-parole Nicolas Vigneault.

Étude d’opportunité

Il existe plusieurs études sur le troisième lien commandées par le MTQ. Il y a notamment :

  • une étude d’opportunité réalisée au coût de 8,4 M$ par le Consortium Groupe Mobilité Inter-rives en 2018;
  • un contrat pour effectuer des travaux d'arpentage foncier et de bathymétrie et d'autres activités connexes liées au projet de 3e lien, confié au Groupement Foncier MNT Inter Rive pour 1,5 M$ en 2019;
  • un contrat de 16,2 M$ pour des sondages géotechniques en milieu terrestre et marin, confié au consortium SNC-Lavalin–Englobe en juillet 2020;
  • une étude d’impact sur l’environnement pour le projet du tunnel Québec-Lévis et sur le milieu récepteur, confiée à la coentreprise SNC-Lavalin–Englobe en septembre 2021 pour 1,9 M$;
  • une étude Préparation de l’avant-projet et accompagnement pour le projet du tunnel entre Québec et Lévis, confiée au consortium Union des rives en avril 2022 pour 31 M$.


Coûts totaux : 59 M$

L’étude attendue par les partis d'opposition et le maire de Québec, Bruno Marchand, est celle d’opportunité.

Jeudi soir, lors du débat des chefs sur les ondes de Radio-Canada, le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a demandé au chef de la CAQ : Qui fait l'étude et combien coûte l'étude?. Je ne le sais pas, a répondu François Legault.

Le chef de la CAQ avait les réponses vendredi matin en conférence de presse : l'étude d'opportunité pour un tunnel quatre voies entre Québec et Lévis a été confiée au Groupe Mobilité Inter-rives pour un montant de 8,4 M$.

François Legault et Éric Duhaime argumentent lors du débat.

François Legault a été interpellé à plusieurs reprises par Éric Duhaime au sujet du troisième lien.

Photo : Radio-Canada

Vérification faite, le contrat du Groupe Mobilité Inter-rives a été octroyé par le gouvernement libéral de Philippe Couillard en mai 2018. Le Consortium avait alors le mandat d’effectuer une étude d’opportunité afin d’évaluer si la région de Québec avait besoin d’un troisième lien et, dans l’affirmative, d’analyser cinq corridors potentiels. Le contrat public valait 6,7 M$.

Les libéraux ont été au pouvoir moins de cinq mois après la conclusion du contrat.

Selon une liste des engagements financiers du MTQ, un montant supplémentaire de 1,6 M$ a été octroyé au Consortium au mois de septembre 2019, un an après l’entrée au pouvoir de la CAQ, ce qui a porté le montant total du même contrat à 8,4 M$. Justification du montant supplémentaire : modifications au concept initial, est-il écrit.

Le contrat avec le Groupe Mobilité Inter-rives est donc en cours depuis 2018 et l'est toujours, selon des documents publics.

Qu'est-ce que ce consortium a accompli depuis 2018? Le porte-parole du MTQ, Nicolas Vigneault, répond : L’analyse d’un lien passant par l’Île d’Orléans a été faite dans le cadre du mandat initial de l’étude d’opportunité. L’étude d’un tracé centre-ville à centre-ville a été ajouté par la suite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !