•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin d’un programme d’aide aux sans-abri de Thunder Bay

La façade d'un refuge.

Le refuge de Thunder Bay met fin à un programme de rue pour les sans-abris en raison d'un manque de fonds.

Photo : CBC / Nicole Ireland

Radio-Canada

Le programme Street Outreach Service (SOS), offrant des services dans la rue pour les sans-abri de Thunder Bay, prend fin après huit ans en raison de problèmes de financement.

Cal Rankin, directeur général de Shelter House, l’organisme qui gère le programme SOS, affirme que le financement provenait du conseil d'administration des services sociaux du district de Thunder Bay et de la Ville, le refuge finançant le reste avec des collectes de fonds.

Selon lui, le fonctionnement du programme SOS coûte environ 327 000 $ par an.

Nous sommes un peu à court d'argent en ce moment, et nous ne pouvons pas continuer à financer ce programme, affirme M. Rankin, ajoutant que les fonds seront plutôt affectés aux programmes de nourriture et d'hébergement de Shelter House.

Le manque de personnel est également un problème, selon M. Rankin.

Nous n'arrivions pas à trouver du personnel pour travailler au refuge ou pour SOS. Nous avons donc puisé dans notre programme d'hébergement pour faire fonctionner SOS, explique-t-il.

Nous avons peu de personnel pour commencer, la pandémie a vraiment compliqué les choses, il nous a été très difficile d'avoir un personnel adéquat, et nous ne voulions pas compromettre la sécurité de notre personnel ou de nos clients, ajoute-t-il.

Le programme SOS a été lancé en 2014, et a fourni des services aux personnes sans abri de la ville, notamment le transport vers les refuges.

Ce type de service est important, mais en même temps, je pense que c'est un peu une solution de fortune. La véritable chose à faire pour résoudre notre problème de sans-abri est le logement, et nous avons besoin spécifiquement de logements qui répondent aux besoins d'une population qui peut être difficile à servir, conclut M. Rankin.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !