•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vérif : les chefs ont-ils dit toute la vérité durant le débat?

Patrice Roy et les cinq aspirants premiers ministres

Jeudi soir, Patrice Roy a animé un débat auquel étaient conviés François Legault (CAQ), Dominique Anglade (PLQ), Paul St-Pierre Plamondon (PQ), Gabriel Nadeau-Dubois (QS) et Éric Duhaime (PCQ).

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Nahila Bendali

Les chefs des cinq principaux partis provinciaux ont croisé le fer lors du débat de Radio-Canada jeudi soir. Ils ont fait de nombreuses affirmations, mais ont-ils dit toute la vérité? Certaines de leurs affirmations ont été soumises à l’épreuve des faits par l’équipe de La Vérif.

1. Quel serait l’impact de la taxe sur les véhicules à essence proposée par Québec solidaire?

Le Toyota RAV4, on en vend 24 fois plus au Québec que des Dodge Caravan, et pourtant, ce véhicule-là ne sera pas touché par notre plan, a affirmé le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois.

Il a raison.

Le Toyota RAV4 est un des véhicules les plus populaires du Québec avec 15 939 véhicules vendus en 2021. Ce modèle serait exempté de la taxe de 15 % sur les véhicules polluants puisque ses émissions sont plus faibles que le seuil établi par Québec solidaire. Et la Dodge Grand Caravan s'est effectivement vendue 24 fois moins que le RAV4 l'an dernier, notamment parce que ce modèle n’est plus produit. En 2020, lorsque la Dodge Grand Caravan était encore construite, il s'est vendu six fois plus de RAV4. Cependant, l'immense majorité des fourgonnettes, des camionnettes et des véhicules utilitaires sport seraient touchés.


2. L’État a-t-il grossi sous le gouvernement caquiste?

On voudrait réduire de 5000 le nombre d'employés de l'État, a dit le chef conservateur Éric Duhaime. On voudrait fonctionner par attrition, mais on veut réduire la taille de l'État. Contrairement à M. Legault, on ne veut pas promettre une chose et faire le contraire.

Éric Duhaime a eu raison lorsqu'il a dit que le chef caquiste n'a pas respecté sa promesse.

L’effectif permanent de la fonction publique québécoise a augmenté de 14,5 % entre mars 2017 et mars 2021 pour atteindre plus de 55 000 fonctionnaires, selon les données du Secrétariat du Conseil du trésor. En 2018, la CAQ avait promis de réduire la taille de l’État en supprimant 5000 postes par attrition.


3. Le Québec a-t-il créé moins d’emplois que l’Ontario?

M. Legault, il aime beaucoup se comparer à l'Ontario, mais il a créé trois fois moins d'emplois que l'Ontario, a souligné la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade.

C'est vrai, mais elle ne dit pas tout.

L'Ontario a créé 469 000 emplois depuis octobre 2018. C'est trois fois plus que le Québec, qui en a créé 156 000 pendant la même période. Cependant, il ne faut pas oublier que l'Ontario est une province beaucoup plus populeuse.

Par ailleurs, depuis que la CAQ est au pouvoir, le Québec a créé 17 % des emplois au pays, alors que la province compte pour 23 % de la population canadienne.

Les chefs ont fait de nombreuses affirmations ce soir. Mais ont-ils pris des libertés ? Ont-ils dit toute la vérité? Voici la vérification des faits d'Olivier Bachand.


4. La COVID a-t-elle fait plus de morts au Québec qu’ailleurs au pays?

La mortalité attribuable à la COVID-19 a donné lieu à des échanges musclés entre le chef caquiste François Legault et le conservateur Éric Duhaime.

Est-ce que vous admettez qu’il y a eu moins de décès au Québec? a demandé M. Legault à son adversaire conservateur, ce à quoi Éric Duhaime a répondu ceci : On a le plus de morts per capita que partout au Canada.

Ces affirmations méritent des nuances.

Depuis le début de la pandémie, le taux de mortalité pour 100 000 habitants est de 117 au pays, selon les données de Statistique Canada. Celui du Québec est de 192 décès pour 100 000 habitants, le plus élevé du pays, comme l’a affirmé Éric Duhaime.

Toutefois, selon plusieurs experts, c'est parce que la province a mieux répertorié les décès liés à la COVID-19, et il vaut mieux comparer le taux de surmortalité. Cela permet de comparer la situation globale entre divers États, sans égard aux façons de recenser les décès liés à la COVID-19, qui sont disparates d’un endroit à l’autre.

Là-dessus, le Québec a un taux de surmortalité de 4,1 % et s'en est mieux tiré que le reste du Canada (7,2 %).


5. La CAQ a-t-elle rempli sa promesse au sujet des maternelles quatre ans?

Moi, je suis content de dire qu'on a triplé, depuis quatre ans, le nombre de classes de maternelle quatre ans, a affirmé François Legault.

C'est vrai, mais il ne dit pas tout.

Le nombre de classes de maternelle quatre ans a presque quadruplé depuis 2018 pour atteindre 1600. Cependant, l'engagement de la CAQ consistait à ouvrir 5200 classes sur un horizon de cinq ans. En 2019, le gouvernement Legault avait abaissé cette cible à 2600 classes d’ici la rentrée de 2023. En février 2021, le ministère de l’Éducation a reporté de deux ans l’ouverture de toutes ces classes, soit en septembre 2025.


6. Quel est l'impact de la langue d’étude sur la langue au travail?

Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon veut empêcher les francophones et les allophones d'avoir accès aux cégeps anglophones. Les démographes et les experts nous disent que c’est une langue de socialisation au cégep qui influence la langue du travail, a-t-il soulevé.

Il a raison.

Selon Statistique Canada, il existe au Québec un lien entre la langue de travail et le dernier établissement postsecondaire fréquenté. Chez les étudiants francophones, 23 % d’entre eux utilisent l’anglais de façon prédominante au travail lorsque leur dernier diplôme provient d’un établissement de langue anglaise, comparativement à 4 % de ceux qui ont fréquenté un établissement francophone. Chez les allophones, c’est encore plus marqué : 46 % des diplômés d’établissements de langue anglaise travaillent majoritairement en anglais, comparativement à 7 % de ceux qui sortent d’un établissement francophone.

Avec la collaboration d'Aude Garachon et de Nathalie Lemieux

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections provinciales au Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !