•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saguenay cherche à nouveau un promoteur pour le terrain de l’ancien concessionnaire PACO

Un terrain vague délimité avec des blocs de béton.

Saguenay a lancé un appel de proposition pour ce terrain situé au coin des rues Ste-Anne et Jacques-Cartier, dans le centre-ville de Chicoutimi (archives).

Photo : Radio-Canada / Chantale Desbiens

Saguenay cherche à nouveau à vendre le terrain de l’ancien concessionnaire Paul Albert Chevrolet Oldsmobile (PACO) au centre-ville de Chicoutimi pour y attirer un promoteur.

Un appel de propositions a été lancé jeudi par la Ville afin de trouver un promoteur qui soumettra un projet pour occuper le terrain situé à l’angle des rues Ste-Anne et Jacques-Cartier Est.

Il y a un peu plus d’un an, Saguenay avait mis en vente le terrain afin de recevoir des propositions pour le développer. Un prix de départ avait été fixé à 419 000 $.

Une seule offre a toutefois été reçue pour le terrain d’environ de près de 3380 mètres carrés. Immeubles Perron a déposé une proposition d’un peu plus de 517 000 $.

Elle a toutefois été jugée non conforme, précise le porte-parole de Saguenay, Dominic Arseneau, qui ne pouvait préciser la nature du projet soumis.

Un terrain vague derrière une rue.

C'est sur ce terrain que se trouvait l'ancien emplacement du concessionnaire PACO, démoli depuis (archives).

Photo : Radio-Canada / Chantale Desbiens

Pas de projet précis ciblé

Le nouvel appel de propositions lancé par Saguenay touche cette fois trois lots qui totalisent un peu plus de 5920 mètres carrés. Les lots, qui couvrent un quadrilatère allant jusqu’à la rue Racine Est, valent au total un peu plus de 600 000 $, selon le rôle d’évaluation de Saguenay.

Les projets soumis seront évalués par Saguenay, explique Dominic Arseneau. Ça va être une question de qualité des projets reçus et quel sera l’usage de ces terrains-là, quels seraient les travaux qui devraient être faits dessus et qu’est-ce que ça pourrait signifier comme retombées et synergie dans le secteur , précise-t-il.

Saguenay ne cherche pas à recevoir un projet dans un domaine précis.

« En fait, c’est un peu comme aller à la pêche aux bonnes idées, pour voir qui aurait une bonne idée sur qu’est-ce qu’on peut faire dans ce terrain-là qui apporterait quelque chose au centre-ville. »

— Une citation de  Dominic Arseneau, porte-parole de la Ville de Saguenay

Même s’il se situe dans le secteur ciblé par Saguenay pour établir un pôle numérique au centre-ville, le projet retenu n’aura pas à être lié au domaine.

Une condition est toutefois fixée. Si un promoteur souhaite acheter les trois lots, il devra conserver une servitude de 30 stationnements accessibles au public. Si une proposition est seulement déposée pour deux lots, le montant de l’offre pourra être moins élevé.

À l’image de l’appel de proposition pour trouver un nouveau propriétaire à la Marina de Shipshaw, Saguenay pourra refuser les projets soumis.

Bien entendu, il n’y a pas d’obligation pour la Ville d’accepter un projet. Il faut que ce qui est proposé soit conforme à ce qu’on cherche dans ce secteur-là, indique Dominic Arseneau.

Terrain décontaminé

Le terrain est aujourd’hui décontaminé, confirme le porte-parole.

L’ancien terrain du concessionnaire PACO, qui a fermé ses portes à cet endroit en 2004, avait été racheté en 2010 par Saguenay.

Le terrain avait ensuite été vendu en 2012 au promoteur Marc St-Gelais, qui a réalisé la première phase commerciale de son projet Les Terrasses de Sainte-Anne. Saguenay a ensuite repris possession de la portion qui n’avait pas été utilisée et qui n’avait pas été décontaminée par la municipalité, selon ce qu’avait indiqué Marc St-Gelais à Radio-Canada en août 2021.

Rappelons que Québec a octroyé une somme de 10 M$ à Saguenay, lors de l’annonce de l’implantation d’un pôle numérique à l’été 2021, pour décontaminer des terrains situés au centre-ville de Chicoutimi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !