•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roberval : le quart des livres bientôt disponibles dans une bibliothèque temporaire

Une lumière jaunâtre éclaire des étagères de livres.

Les œuvres littéraires sont placées dans une chambre où de l’ozone permet de les décontaminer.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Radio-Canada

Les Robervalois pourront bientôt retrouver une partie des livres qui ont été abîmés lors de l'incendie criminel de leur bibliothèque le 24 août dernier. Une bibliothèque temporaire sera ouverte d’ici deux à trois semaines dans les anciens locaux du Centre local de développement (CLD), sur le boulevard Saint-Joseph.

Près du quart de la collection devrait être accessible.

Au total, la bibliothèque de Roberval comprend 45 000 livres. Ils devront tous être traités, pour la grande majorité en raison de la fumée, avant d’être remis sur les rayons. Lors de l’incendie, 5000 ont été endommagés par l’eau. Ceux-ci ont été congelés et envoyés à Montréal.

Les 40 000 livres restants, ainsi que des tableaux, sont confiés aux bons soins de l’entreprise jeannoise Construction Bon-Air, où ils seront décontaminés dans un entrepôt de Chambord.

Un travailleur nettoie un tableau avec un linge.

Vingt employés s’affairent à décontaminer 40 000 livres et les œuvres d’art qui étaient exposées dans la bâtisse qui a été incendiée.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Si on prend le livre qui est ici, il faut qu’ils nettoient toute la surface, le tour, a expliqué Alexandre Perron, chargé de projet chez Construction Bon-Air. Ensuite, on l’envoie dans une chambre où on va mettre un gaz pendant de nombreuses heures pour s’assurer qu’il ne reste plus de particules, d’odeurs problématiques sur le livre. La suie s’enlèvera toujours [de façon] manuelle, mais les odeurs doivent être traitées.

De l’ozone est utilisé pour traiter les odeurs. De vieux documents ont ainsi été décontaminés, dont ceux légués par les Ursulines.

Si l'ensemble des oeuvres a pu être sauvé, c'est grâce aux pompiers qui ont rapidement placé les tableaux à l'abri et mis des bâches sur les livres.

Le chantier intérieur de la bibliothèque

La bibliothèque Georges-Henri-Lévesque a été complètement vidée pour être restaurée après l'incendie.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

On est fiers d’être capables de prendre un contrat d’envergure comme ça qui est important pour la collectivité. Quand on fait des choses comme ça, on trouve qu’on participe un peu à l’épanouissement de la région, a mentionné de son côté Sylvain Doucet, président et fondateur de Construction Bon-Air.

Jusqu’à maintenant, environ 3000 livres ont été retournés à la Ville et seront disponibles lorsque la bibliothèque temporaire ouvrira ses portes.

Les utilisateurs qui souhaitent avoir des nouveautés, on va continuer d’en avoir. C’est ça qui est intéressant là-dedans. Probablement que ce qu’on va faire, c’est qu’on va peut-être se trouver également un local temporaire qui n’est pas tellement loin d’ici où on va pouvoir stocker des livres et faire une rotation également, a précisé Diane Hudon, coordonnatrice aux arts, à la culture et à la bibliothèque de Roberval.

La bibliothécaire devant des étagères vides.

Diane Hudon espère ouvrir les portes de la bibliothèque temporaire d’ici trois semaines.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Il est trop tôt pour dire quand les citoyens pourront retrouver la totalité de leur collection.

Rappelons que des accusations devraient être portées bientôt contre une femme dans la trentaine arrêtée quelques jours après l’incendie.

D'après un reportage de Mélissa Paradis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !