•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa va abandonner les mesures sanitaires imposées aux voyageurs arrivant au pays

Aéroport de Montréal.

Ottawa va annoncer lundi qu'il abandonne trois mesures sanitaires pour l'entrée au pays, soient l'obligation vaccinale, les tests aléatoires et l'utilisation de l'application ArriveCAN.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Ottawa va abandonner les trois dernières mesures sanitaires qu’il imposait aux frontières, a confirmé une source haut placée dans le gouvernement Trudeau à la CBC.

Dès le 30 septembre, l’obligation vaccinale pour les voyageurs qui entrent au Canada, les tests aléatoires dans les aéroports et l’utilisation obligatoire de l’application ArriveCAN seront donc chose du passé.

L’annonce officielle de l’abandon de ces trois mesures aura lieu lundi, indique la source qui a demandé l’anonymat parce qu’elle n’est pas autorisée à parler publiquement.

Les premières informations en ce sens avaient commencé à circuler mardi, mais aucun ministre fédéral n’avait voulu à ce moment s’avancer pour les confirmer. La source affirme que l’annonce sera faite par le premier ministre.

Des discussions ont toutefois encore lieu au sein du Cabinet Trudeau pour déterminer si le port du masque obligatoire dans les avions et les trains au pays doit demeurer en vigueur après le 30 septembre – au moment où les autres mesures sanitaires seront levées.

Le gouvernement Trudeau était critiqué pour ces mesures, alors que de nombreux États et provinces ont levé la majorité de leurs restrictions en lien avec la pandémie de COVID-19.

L’application ArriveCAN, notamment, avait connu de nombreux ratés depuis sa mise en place. Son utilisation deviendra optionnelle. Mise en place au début de la pandémie, des erreurs et des bogues ont été signalés, et plusieurs voyageurs ne comprenaient tout simplement pas son fonctionnement.

Le Conseil des affaires canadiennes américaines (CABC) demandait d’ailleurs à Ottawa de supprimer la controversée application ArriveCAN depuis août dernier.

Les tests aléatoires pour dépister la COVID-19 chez les voyageurs ont quant à eux engendré de très longs délais dans les aéroports au pays. Ils s’ajoutaient aux retards déjà causés par la pénurie de personnel et les autres mesures sanitaires qui étaient en place. Or, si Ottawa les avait suspendus un temps, il les avait réinstaurés le 19 juillet.

L’obligation d’être vacciné contre la COVID-19 pour entrer au Canada avait elle aussi reçu des critiques. Depuis la mi-août, plusieurs élus et représentants américains, notamment issus du milieu des affaires, ont fait pression sur Ottawa pour réduire les retards de voyage entre les États-Unis et le Canada.

Au mois d’août, le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, déclarait au comité des transports de la Chambre des communes que ce sont les impacts persistants de la pandémie qui causent les retards de voyage chroniques dans les aéroports canadiens, plutôt que les mesures gouvernementales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !