•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Ukrainiens de Drummondville persuadés que l’Ukraine résistera à une nouvelle offensive

Un soldat russe est en poste sur un véhicule de combat blindé avec une mitrailleuse à ses côtés.

Poutine veut envoyer 300 000 soldats supplémentaires en Ukraine.

Photo : Getty Images / AFP / OLGA MALTSEVA

Radio-Canada

Pour des réfugiés ukrainiens installés à Drummondville, l'annonce de Vladimir Poutine concernant la mobilisation de 300 000 réservistes russes supplémentaires pour combattre en Ukraine est désolante, mais ne leur fait pas craindre le pire.

Le président russe a menacé mercredi d'utiliser tous les moyens pour se défendre en sol ukrainien, dont l'armement nucléaire, ce qui a suscité l'indignation en Occident.

Même si les Américains qualifient la menace de sérieuse, elle représente un signe de faiblesse de la Russie selon son ambassadrice basée à Kiev. C'est ce que croit également Anton et Anna Stukalova, deux avocats ukrainiens réfugiés à Drummondville.

Pour Anna Stukalova, il s'agit d'une preuve que l'armée russe n'est pas si forte.

« L'armée russe ne fait pas peur aux soldats ukrainiens.  »

— Une citation de  Anton Stukalova, réfugié ukrainien
Anton et Anna Stukalova, deux avocats ukrainiens réfugiés à Drummondville, debout à l'extérieur.

Anton et Anna Stukalova, deux avocats ukrainiens réfugiés à Drummondville.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Dumas

Oleksandr Bezverkhniir partage l'avis de ses compatriotes ukrainiens. Ancien militaire ukrainien devenu machiniste à Drummondville, il y a près de trois ans, il croit que l'offensive annoncée par Vladimir Poutine est une autre preuve de la déroute de son armée. Selon lui, l'armement et les stratégies russes datent d'une autre époque.

Il y a une semaine, mon ami qui lutte dans la région de Kharkiv disait que pendant quatre jours, ils ont avancé sur 75 km. Ce n'est pas efficace, contrairement à la tactique ukrainienne.

Ces trois Ukrainiens espèrent que l'Occident continuera à soutenir leur peuple, mais souhaitent aussi que Vladimir Poutine se raisonne et plie bagage pour mettre un terme au conflit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !