•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles municipalités craignent d’être abandonnées par Fredericton

Des représentants du monde municipal ont rencontré le ministre Daniel Allain, responsable de la réforme de la gouvernance locale, mercredi.

Enseigne en granit devant un édifice. Les mots « hôtel de ville » y sont gravés.

L'hôtel de ville d'Edmundston, au Nouveau-Brunswick, le 2 septembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Mathilde Pineault

Radio-Canada

L'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick presse le ministre des Gouvernements locaux de clarifier les aspects financiers de la réforme municipale. Le ministre les exhorte à encore un peu de patience et leur répond de ne pas s’inquiéter.

Les nouvelles entités municipales créées par la réforme verront le jour dans à peine un peu plus de trois mois, le 1er janvier.

Les élus locaux ont encore de nombreuses questions sur l’aspect financier de cette réforme.

Le président de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB), Yvon Godin, ne cache pas que la rencontre avec le ministre, mercredi matin à Fredericton, l'a un peu laissé sur sa faim.

Yvon Godin pose pour une photo dans une salle de conférence, sous un chandelier.

Yvon Godin, président de l’AFMNB, mercredi

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Il affirme qu'il a abordé la question de l'aide financière aux municipalités. Selon lui, cette aide devra être bonifiée si on veut fournir des services aux résidents de ces nouvelles entités.

Il ajoute que le ministre Daniel Allain ne lui a pas confirmé si ce soutien viendrait ou non. J’ai posé la question au ministre. Il faudrait — vu que l’on a plus de membres, plus de services à offrir — qu’il y ait de l’argent injecté un peu plus dans la péréquation. Ça n’a pas été exclu, mais on n’a pas pu avoir de réponse officielle sur cette chose-là, dit M. Godin.

Des élections le 28 novembre

Le temps presse, souligne M. Godin, car l’élection des gouvernements locaux a lieu le 28 novembre. Les candidats potentiels ont des réticences s’ils ne savent pas ce qui en jeu financièrement, affirme le président de l’association des municipalités francophones.

Il y a deux manières de régler la situation si on n’a pas assez d’argent : couper les services ou augmenter les taxes, explique-t-il. Il n’y a pas un maire présentement ou une personne qui veut se présenter, sachant qu’il faudra annoncer pendant la campagne électorale qu’on devra couper des services ou augmenter les taxes.

On s’attendait à un peu plus de détails. On aurait aimé avoir quelques chiffres, sans nécessairement les avoir tous, dit encore M. Godin. Les gens ont besoin de savoir. Très peu de personnes ont témoigné qu’elles voulaient se présenter aux élections, parce que c’est une inquiétude énorme pour elles.

Des réponses bientôt, assure le ministre

Daniel Allain, le ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, a tenu à se faire rassurant à la sortie de la rencontre de mercredi.

Daniel Allain pose pour une photo dans une salle de conférence, sous un chandelier.

Le ministre Daniel Allain, mercredi

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Il exhorte les élus municipaux à un peu plus de patience. On va prendre notre temps. C’est ça, l’important : ne pas faire une politique qui va être néfaste pour le Nouveau-Brunswick.

Daniel Allain affirme que le conseil des ministres va trancher sur les aspects financiers de la réforme au cours des prochains jours.

Il promet que les détails demandés seront fournis d’ici le 8 octobre, date à laquelle Élections NB fixe le début des mises en candidature pour le scrutin du 28 novembre.

Tout le monde aura l’information. Ce sera transparent, ouvert, le monde aura accès aux budgets, assure le ministre Allain.

D’après le reportage de Pascal Raiche-Nogue

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !