•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand la paix rassemble à Trois-Rivières

Rassemblement pour la Paix parc Champlain.

Le reportage d'Hélène Lequitte

Photo : Radio-Canada / Jean-François Fortier

Radio-Canada

Une cinquantaine de personnes se sont réunies mercredi sur l’esplanade de l’hôtel de ville de Trois-Rivières à l'occasion de la Journée internationale de la paix. Les participants souhaitaient envoyer un message de solidarité au peuple ukrainien et à toutes les communautés victimes de la guerre à travers le monde.

C’est le Comité de Solidarité de Trois-Rivières qui est derrière cette initiative. La démarche allait de soi selon Charles Fontaine, agent de mobilisation à l’organisme.

Souvent, les civils sont les premières victimes de ces conflits-là alors qu’ils n’ont jamais rien demandé.

En 2003, l’engouement était beaucoup plus fort pour militer contre la guerre en Irak. Le contraste avec les quelques dizaines de personnes présentes mercredi est important.

Je ne pense pas que les gens s’intéressent nécessairement moins à la paix. Cela dit, on oublie. C’est un sujet qui est peut-être un peu moins à la mode, mais il est très important, ajoute M. Fontaine.

Le rassemblement tombait à point alors que Vladimir Poutine a brandi mercredi la menace d'un recours à l'arme nucléaire. Une montée aux extrêmes, ce n’est jamais gagnant, poursuit celui qui espère une autre voie de sortie que par les armes.

Rassemblement pour la Paix parc Champlain.

Une cinquantaine de participants ont répondu présents à l’occasion de la Journée internationale pour la paix.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Une utopie ?

La directrice générale du comité, Valérie Delage, ne perd pas espoir. Elle est convaincue que le processus de paix passe par de petites initiatives comme celle de mercredi. Selon elle, la culture de la paix n’est pas utopique.

Elle rappelle que la Russie et les États-Unis sont parmi les pays qui investissent le plus dans leur armée. Ce n’est pas par hasard, si on investit dans la guerre, on récolte la guerre.

Rassemblement pour la Paix parc Champlain.

La directrice générale du Comité de Solidarité, Valérie Delage, a pris la parole durant le rassemblement.

Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Mme Delage établit un lien entre le réchauffement climatique et les dépenses militaires. Elle croit que les pays occidentaux ont une certaine responsabilité d’accueillir des réfugiés climatiques.

Elle trouve aberrant le débat de la campagne électorale provinciale sur les seuils d’immigration. Avec tout ce qui va arriver avec les changements climatiques, il va falloir faire beaucoup plus que ça.

Avec les informations d'Hélène Lequitte

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !