•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération charme au Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue

Des objets promotionnels comme des sac à dos et des tasses sur une table.

Le Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue a produit une série d'objets promotionnels dans le cadre de son opération de recrutement.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

Le Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue (CSSLT) espère combler 24 postes et contrats d’enseignements. Sept à huit postes d’éducateurs spécialisés demeurent également vacants.

Dans ses efforts de recrutement, l'institution met l’accent sur le caractère connecté de son environnement de travail et des emplois qu’il propose. Une façon de souligner la proximité entre le personnel enseignant et la communauté.

Nous sommes toujours à la recherche d’un professeur d’anglais au primaire, affirme la directrice du service des ressources humaines, Josée Beaulé. Nous sommes constamment en ouverture de postes. Nous avons réussi, pour le moment, à mettre en place des gens pour assurer un service aux élèves. Ils sont accompagnés pour veiller à ce que tout se passe bien.

Josée Beaulé regarde la caméra, souriante.

Josée Beaulé, directrice du service des ressources humaines au Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

Le CSSLT a fait appel à la firme marketing LEBLEU pour l’aider dans ses efforts de recrutement, et se donner l’image d’un employeur de choix. Visuels pour les médias sociaux, capsules vidéo et objets promotionnels ont déjà été lancés pour soutenir les visées de l’institution.

Nous sommes un petit centre, avec de petites écoles, mais nous sommes connectés à ce qui compte : nos élèves et le bien-être de notre personnel, insiste Mme Beaulé. La réalisation de projets, dans notre organisation, est assez facile. Une belle collaboration s’opère dès que les gens ont des idées.

Mme Beaulé reconnaît que le CSSLT n’échappe pas à la pénurie de main-d’œuvre qui frappe le marché de l’emploi de la province.

La campagne du CSSLT s’échelonnera jusqu’en 2025. De nouvelles actions promotionnelles verront le jour au cours des prochains mois et des prochaines années.

Éric Larivière et Josée Beaulé, souriants

Éric Larivière, directeur général du Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue, en compagnie de Josée Beaulé, directrice des ressources humaines.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

Insister sur la connexion

Virginie Bergeron éduque les tout-petits. Pour bien imager la proximité du milieu avec le personnel de l'école, l’enseignante de prématernelle indique n’avoir eu qu’un seul appel à passer pour organiser une activité avec les pompiers de sa municipalité.

Le responsable du service incendie à la MRC du Témiscamingue nous rend visite demain avec son camion. Les enfants pourront aller à l’intérieur. Il y aura aussi des pompiers en uniforme. Ça peut être impressionnant pour des enfants de quatre ans, alors nous voulons leur montrer qu’il n’y a aucun danger.

Virginie Bergeron est souriante.

L’enseignante de prématernelle Virginie Bergeron a participé à la campagne promotionnelle du Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Gabriel Poirier

Cette anecdote reflète selon elle l’approche connectée mise de l’avant par le Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue. Native de l’Abitibi-Ouest, Mme Bergeron a accepté de participer à la campagne d’attraction et de rétention de son employeur.

Chaque membre du personnel est ouvert aux discussions et prêt à collaborer , assure Mme Bergeron. Elle croit que la taille du CSSLT, qui dessert moins d’écoles que ceux des grands centres, lui donne accès à un éventail de ressources et services.

Ressources spécialisées

Entre-temps, Virginie Bergeron se réjouit du soutien offert par son employeur, qui répond selon elle rapidement à ses demandes.

L’orthophoniste de la commission scolaire m’a récemment appelé pour dresser un bilan des problématiques dans ma classe, par exemple du point de vue du langage. Je lui ai parlé des élèves pour lesquels j’ai des préoccupations. Nous avons ensuite élaboré un plan de match pour les encadrer , explique-t-elle.

La campagne lancée par le Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue s’intitule connecté à ce qui compte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !