•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cher connard, l’ode aux amitiés inusitées de Virginie Despentes, sort au Canada

Virginie Despentes prend la pose les mains croisées.

Virginie Despentes propose des correspondances surprenantes dans «Cher connard», son premier roman depuis 2017.

Photo : afp via getty images / THOMAS SAMSON

Radio-Canada

La « punk » de la littérature française Virginie Despentes a fait paraître mercredi le roman-événement Cher connard au Canada, récit d’une amitié imprévue à l’heure de #MoiAussi et des réseaux sociaux.

Le livre, l’un des plus attendus de la rentrée littéraire parisienne, marque le retour de l’autrice après le dernier tome de sa trilogie Vernon Subutex, paru en 2017.

Cher connard retrace les correspondances entre Rebecca, une actrice quinquagénaire féministe, et Oscar, un écrivain à la carrière boiteuse qui tente – en vain – d’écrire son prochain roman.

Les deux personnages, qui ont grandi dans le même village, se sont retrouvés sur Instagram, après qu’une publication désobligeante d’Oscar eut suscité une réponse mitraillette de Rebecca commençant par un cher connard bien senti.

Tout, ou presque, les oppose. Mais à force de coups de gueule, d’engueulades et, tôt ou tard, de dialogues constructifs, les protagonistes et leurs vices tissent une amitié sincère.

À cela s’ajoute une troisième voix, celle de Zoé, ancienne attachée de presse d’Oscar, qu’elle accuse de harcèlement sexuel sur son blogue.

Le livre, publié chez Grasset, a déjà atteint les tablettes en France il y a un mois. Il est en vente en librairie au Canada depuis mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !