•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti vert du Canada énonce ses priorités pour la session parlementaire

Amita Kuttner est derrière un lutrin durant une conférence de presse.

Le chef intérimaire du Parti vert du Canada, le Dr Amita Kuttner

Photo : Radio-Canada

Charles-Émile L'Italien-Marcotte

À l’occasion de la rentrée parlementaire à Ottawa, le Parti vert du Canada a énoncé ses priorités pour la prochaine session. Alors que le climat va retenir l’attention des deux députés du parti présents à la Chambre des communes, les enjeux liés à l’inflation et au revenu minimum seront aussi discutés.

Le chef intérimaire du Parti vert du Canada, le Dr Amita Kuttner, a présenté ses priorités lors d’un point de presse à Ottawa mercredi matin. Le Dr Kuttner était accompagné pour l’occasion des deux députés verts à la Chambre des communes, Elizabeth May et Mike Morrice.

D’emblée, le chef intérimaire a rappelé que, lors de sa tournée canadienne, il a entendu les préoccupations des Canadiens. Selon lui, les gens sont inquiets à propos de leurs besoins de base, notamment l’accès à la nourriture, à l’eau, au logement, aux soins de santé [qui] ne sont plus garantis dans ce pays.

La crise liée à l’inflation et la crise climatique ont les mêmes causes, a estimé le Dr Kuttner. Pour les résorber, il faut, selon lui, transformer notre économie.

Pour cela, il souligne trois éléments qui sont nécessaires : l’instauration d’un revenu minimum, l’utilisation d’un indicateur du développement (et ne pas seulement se fier au produit intérieur brut) et le développement d’une économie circulaire locale.

Nous avons besoin de devenir autosuffisants, a plaidé le Dr Kuttner durant le point de presse.

Pour la députée de Saanich–Gulf Islands, Elizabeth May, les trois priorités du Parti vert du Canada sont : Climat, climat, climat. Elle a martelé que le Canada est à la croisée des chemins en matière de climat.

« On ne peut plus continuer de prétendre que l’industrie des combustibles fossiles, et plus précisément son développement, [...] est compatible avec notre survie en tant qu’humanité. »

— Une citation de  Elizabeth May, députée du Parti vert du Canada dans Saanich–Gulf Islands

Mme May a aussi dénoncé le fait que nous sommes confrontés à du racisme environnemental, et qu’il faut davantage de justice climatique. Elle a cité au passage le débat entourant le projet de loi 226, qui vise justement dans son libellé le racisme environnemental.

Des solutions avérées pour le climat

Le député vert de la circonscription de Kitchener-Centre, Mike Morrice, a quant à lui abordé durant le point de presse les crédits de taxe pour la soi-disant capture et le stockage du carbone, qui ne sont pas des solutions à long terme à la crise climatique.

Or, il a rappelé que le plus récent budget fédéral investira jusqu’à 8,6 milliards de dollars dans ces initiatives dont les impacts sont très limités.

Pour M. Morrice, nous avons des solutions pour le climat qui sont efficaces, réparer les maisons, [investir] dans les énergies renouvelables et électrifier les transports.

Durant la session parlementaire, M. Morrice veut débattre de justice sociale. D’abord avec le projet de loi C-22 sur les personnes qui ont des incapacités physiques, et ensuite pour le logement abordable et les personnes sans-abri.

Il faut réorienter le marché de l’habitation pour que les maisons soient des endroits où les personnes vivent, plutôt que des biens que des investisseurs transigent, a expliqué M. Morrice.

Il a ainsi fait écho à une préoccupation des jeunes Canadiens et des gens à faible revenu qui entrent en compétition avec des fonds d’investissement lorsque vient le temps d’entrer sur le marché de l’habitation.

Durant le point de presse, le chef intérimaire du Parti vert, le Dr Kuttner, a préféré ne pas parler de la course à la direction, puisqu’avec son caucus, il voulait mettre de l’avant les priorités pour la session parlementaire. Il a toutefois noté que davantage de détails sur la course seraient publiés.

Elizabeth May a quant à elle été laconique sur le fait qu’elle ait menacé de quitter le Parti vert si la course à la chefferie du parti était suspendue. Elle a seulement répondu : Non.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !