•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La conseillère municipale de Regina Terina Shaw souhaite mettre les choses au clair

La conseillère municipale Terina Shaw, lors d'une réunion du conseil municipal.

En posant une question à un intervenant en juin dernier, Terina Shaw a affirmé qu'on lui avait dit que certains membres de communautés autochtones ne souhaitaient pas loger dans des maisons. (Archives)

Photo : Photo tirée du site YouTube de la ville de Regina

Radio-Canada

La conseillère municipale de Regina Terina Shaw, visée par des plaintes à la suite de commentaires sur les personnes itinérantes et la culture autochtone, souhaite mettre les choses au clair.

Mardi, la conseillère municipale a déclaré que la nature de ses propos, qui étaient bien intentionnés, a été détournée pour la présenter sous un tout autre visage et ne rend pas compte de ses valeurs au sujet de l’itinérance, de la pauvreté et du racisme.

Certaines personnes qui n’ont pas compris tout le contexte auraient pu être offensées par ce qu’elles ont lu, a-t-elle reconnu. C’est pourquoi je souhaite rétablir les faits.

Pendant qu'elle posait une question à un intervenant, en juin dernier, Terina Shaw a déclaré avoir entendu dire que certains membres de communautés autochtones ne souhaitaient pas vivre dans des maisons.

Une campagne contre la conseillère municipale

Deux habitantes de Regina, Erica Beaudin et Susana Deranger, ont fait campagne pour que Terina Shaw ne siège plus au conseil municipal.

Elles ont rédigé une lettre, signée par 47 résidents, dont elles-mêmes, en référence à une rencontre du comité exécutif du conseil municipal de janvier.

Selon la lettre, Terina Shaw aurait alors laissé entendre que les hommes autochtones étaient des prédateurs sexuels.

Mes actions et mes engagements ont prouvé que j’étais dévouée à la lutte pour la résolution de ces problèmes, a-t-elle déclaré .

Après avoir rencontré Erica Beaudin et Susana Deranger le 1er septembre, de même que la mairesse Sandra Masters et le gestionnaire de la Ville, Jim Nicol, j’ai compris combien mes questions avaient blessé certaines personnes, a indiqué Terina Shaw.

Cette dernière affirme que, grâce aux paroles douces et empathiques de Susana Deranger, elle a pu évoluer et comprendre en quoi ses commentaires avaient pu être insultants, en plus de reconnaître ses privilèges.

Pas de sanctions

Terina Shaw n’a pas reçu de sanctions officielles la semaine dernière pour des commentaires formulés à l’égard d’une autre conseillère municipale, en janvier.

La décision de ne pas imposer de sanction s’oppose à la recommandation de la commissaire à l'intégrité, Angela Kruk. Cette dernière a recommandé que des sanctions soient prises et que Terina Shaw suive une formation sur la communication respectueuse.

Or, pendant la rencontre, la conseillère municipale Terina Shaw a révélé qu’elle souffrait d'un déficit de l’attention et d’une lésion cérébrale. Cette révélation semble avoir dissuadé les conseillers municipaux de suivre la recommandation.

Terina Shaw a également indiqué qu’une autre plainte séparée avait été jugée infondée par la commissaire à l'intégrité.

Une déclaration, publiée par la Ville jeudi, a rectifié les choses. La plainte n'est pas infondée, mais n'était pas du ressort de la commissaire.

Avec les informations d'Alexander Quon

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !