•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coastal GasLink a reçu plus de 50 avertissements pour violations environnementales

Un bout de pipeline surplombe un sol sec et dénudé traversé par une faille.

Une photo prise en avril 2022 par un inspecteur provincial montrant l'érosion du sol sur une portion des travaux de Coastal GasLink violant les conditions de permis de l'entreprise. Les données imprimées dans le coin supérieur gauche de la photo indiquent le moment et la position exacte où l'image a été prise.

Photo : Ministère de l'Environnement et des Changements climatiques

Radio-Canada

Selon le gouvernement britanno-colombien, Coastal GasLink a reçu plus d'une cinquantaine d'avertissements pour non-respect des conditions environnementales de construction de son pipeline de gaz naturel dans le nord de la province.

Dans un courriel envoyé à CBC/Radio-Canada, le ministère provincial de l'Environnement et des Changements climatiques dit avoir remis 51 avertissements et 16 ordres d'agir à Costal GasLink en plus de lui imposer deux amendes totalisant 240 000 $ pour non-conformité depuis le début des travaux, en 2019.

La plupart des avertissements sont en lien avec le fait d'avoir manqué au devoir de protéger des cours d'eau et zones humides de sédiments et d'érosion pouvant nuire à la qualité de l'eau et à l'habitat des poissons, ce qui est une violation du certificat d'évaluation environnementale de Coastal GasLink.

Une fois terminé, le pipeline de 670 km traversera environ 625 cours d'eau et lacs, dont beaucoup sont des habitats de poissons, selon Coastal GasLink.

Le dernier rapport d'inspection du Bureau d'évaluation environnementale de la Colombie-Britannique, publié en août, fait état d'infractions multiples, certaines récurrentes, touchant des cours d'eau sensibles, dont un rejet polluant dans le lac Fraser, situé à environ 120 km à l'ouest de Prince George.

Une bande d'eau plus sombre longe la rive du lac.

Une traînée de sédiments en suspension dans le lac Fraser a été prise en photo en avril 2022 par un inspecteur provincial. Les données inscrites sur le coin supérieur gauche de la photo donnent le moment et l'endroit où elle a été prise.

Photo : Ministère de l'Environnement et des Changements climatiques

Selon le Bureau provincial d'évaluation environnementale, le rejet d'eaux troubles dans le lac Fraser y a causé une traînée de sédiments visible des airs.

Une photo prise par les inspecteurs du Bureau du haut d'un hélicoptère le 27 avril 2022, montre une large bande d'eau brune longeant la rive nord du lac, un habitat important pour l'esturgeon blanc et le cygne trompette.

Environ 1000 personnes habitent le village Fraser Lake, situé sur la rive sud du lac, où se trouve également le parc provincial Beaumont.

Un porte-parole du ministère a déclaré dans un courriel à CBC/Radio-Canada que les sédiments et la turbidité peuvent nuire à la qualité de l'eau et à l'habitat des poissons en réduisant la luminosité dans l'eau et en se déposant sur la faune et la flore.

Des nageurs près d'une petite embarcation à quelques mètres de la rive boisée du lac à l'eau limpide.

Des visiteurs profitent du lac Fraser près du parc provincial Beaumont.

Photo : Fournie par David Luggi

Pour sa part, Coastal GasLink nie toute responsabilité pour la traînée de sédiments dans le lac Fraser. Dans un courriel à CBC/Radio-Canada, l'entreprise affirme que son enquête, menée au sol et dans les airs et comprenant des évaluations de la qualité de l'eau, a conclu que la traînée de sédiments n'était pas le résultat de ses activités, mais provenait plutôt des routes publiques.

Un rapport d'inspection du Bureau d'évaluation environnementale datant de 2020 mentionne également des eaux turbides s'écoulant dans le lac Fraser.

Des mesures jugées inefficaces

Le dernier rapport d'inspection, publié en août, fait état de multiples cas de violation des conditions environnementales du permis de Coastal GasLink le long de la route où a lieu la construction. Le rapport décrit, entre autres, des clôtures de rétention de sédiments qui se sont affaissées et des mesures de contrôle de l'érosion inefficaces.

Deux clôtures de plastique mou retenues par des bâtons sont affaissées le long de tronçons de pipeline reposant sur des pieds totalement immergés.

Une photo prise lors d'une inspection de site montre deux clôtures devant contenir les sédiments. En haut à gauche, des données indiquent le moment et l'endroit exact où a été prise la photo, en avril 2022.

Photo : Ministère de l'Environnement et des Changements climatiques

Coastal GasLink a déclaré que certains des récents problèmes ont déjà été résolus, alors que d'autres nécessitent des solutions à plus long terme.

Vu l'importance du projet, le terrain qu'il parcourt ainsi que la température et le temps qui changent sans cesse, le contrôle de l'érosion et des sédiments demeure un défi, explique l'entreprise dans son courriel.

Une entente de conformité

En juillet, le Bureau d'évaluation environnementale et Coastal GasLink ont signé une entente de conformité obligeant l'entreprise à prendre des mesures plus proactives pour contrôler l'érosion et les sédiments le long du parcours du pipeline, selon le gouvernement provincial.

Un communiqué de presse du Ministère a alors déclaré que tout non-respect des conditions de cette entente mènerait à des mesures de plus en plus importantes pour contraindre Coastal GasLink à s'y conformer, notamment des ordres de suspendre les travaux.

Toutefois, l'entente s'applique uniquement à un tronçon de 100 km du trajet du pipeline où les travaux n'avaient pas commencé au moment de sa signature.

La semaine dernière, le Ministère a déclaré n'avoir aucune information sur d'éventuelles mesures prévues par le Bureau d'évaluation environnementale pour obliger Coastal GasLink à se conformer aux conditions environnementales de son permis de construction.

Coastal GasLink dit que 70 % de son chantier de 11,2 milliards de dollars est terminé et que le pipeline devrait être sous terre d'ici 2023.

Avec les informations de Betsy Trumpener

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !