•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa pourrait abandonner la vaccination obligatoire aux frontières

Des voyageurs attendant en file à l'aéroport Pearson de Toronto.

Il pourrait devenir plus facile d'entrer au Canada si le gouvernement retirait bel et bien l'obligation d'avoir reçu deux doses de vaccin pour ce faire.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Le gouvernement fédéral pourrait abandonner l'obligation d'avoir reçu au moins deux doses de vaccin contre la COVID-19 pour entrer au pays, et ce, d'ici le 30 septembre. Ottawa n'a cependant pas encore pris de décision formelle à ce sujet.

Selon des informations d'abord rapportées par le Globe and Mail, le gouvernement Trudeau prévoirait ainsi de faire sauter l'un des derniers verrous sanitaires encore en vigueur au pays.

Du même coup, le Canada n'imposerait plus de tests de dépistage aléatoires de la COVID-19 dans les aéroports et rendrait optionnelle la controversée application ArriveCan.

Sur la colline du Parlement, à Ottawa, aucun ministre n'a voulu commenter ces rumeurs.

Des tests et une application qui dérangent

Autant les tests aléatoires que l'utilisation de l'application mobile ArriveCan ont suscité leur lot de vives critiques.

Les premiers ont souvent entraîné de très longs délais dans les quatre principaux aéroports du pays, où les retards étaient parfois déjà importants en raison de pénuries de personnel ou des restrictions sanitaires.

Ottawa a suspendu, pendant quelques mois, cette obligation, imposée au hasard, de subir un test de dépistage, mais la mesure est de nouveau en vigueur depuis le 19 juillet.

Quant à l'application, plusieurs erreurs, bogues et autres dysfonctionnements ont été signalés depuis sa mise en place, au début de la pandémie.

Encore jusqu'à tout récemment, des élus et des représentants américains du milieu des affaires ont fait pression sur le gouvernement fédéral pour qu'Ottawa en finisse avec l'obligation d'utiliser cette application, en arguant que cette barrière numérique nuisait aux échanges commerciaux et au tourisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !