•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

O’kosi : une pièce de théâtre autochtone pour mieux comprendre le Traité n° 7

Deux actrices en train de répéter la pièce de théâtre.

Chaque scène de la pièce de théâtre « O'kosi » se déroule un 22 septembre, lors d'un anniversaire du Traité no 7.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Cette semaine, de jeunes acteurs pieds-noirs embarqueront les spectateurs dans un voyage à travers le temps jusqu'au Traité n° 7 dans une pièce de théâtre à Calgary.

L'œuvre intitulée O'kosi a pour but de sensibiliser le public aux conséquences de la signature de ce document historique pour les Premières Nations.

La pièce est présentée au Théâtre Victor Mitchell du 22 septembre au 1er octobre.

O’kosi signifie nous nous rassemblons à l’automne en pied-noir. L'œuvre se veut une immersion historique autour de la signature du Traité n°7, qui a eu lieu le 22 septembre 1877 à Blackfoot Crossing, en Alberta.

Le spectacle débutera le jour du 145e anniversaire du Traité. Cette date historique est au cœur de la pièce de théâtre, comme l'explique la metteuse en scène, Michelle Thrush : Chaque scène [...] prend place un 22 septembre, mais à une année différente.

Les gens de ce territoire ne comprenaient pas à l'époque les répercussions [de ce traité], explique Michelle Thrush, ajoutant que de nombreux facteurs expliquent la signature de ce traité. [Les signataires] étaient touchés par la famine. Il y avait un génocide culturel [...], la perte des bisons [et] la variole.

« Ils n’avaient aucune idée qu’ils allaient être placés dans une réserve et entretenus dans un état d'apartheid. »

— Une citation de  Michelle Thrush, metteuse en scène

Le Traité n°7 est un des 11 traités signés entre les Premières Nations et la Couronne entre 1871 et 1921.

Les traités ont notamment promis des compensations annuelles en échange de la cession des droits aux territoires traditionnels des Premières Nations. L’acteur Garret Smith espère que grâce, à O'kosi, les spectateurs comprendront mieux les épreuves vécues par les Premières Nations après la signature de ces documents.

« On souhaite [que les gens] soient émus ou qu’ils partent avec un sourire ou une larme. »

— Une citation de  Garret Smith, acteur

L’ambiance d’O’kosi est une combinaison musicale entre le pow-wow et la danse traditionnelle.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !