•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes dans la région Chaleur alors que la mine Caribou cherche un acheteur

Située près de Bathurst, la mine produisait du zinc, du plomb et de l’argent.

Une partie des installations de la mine Caribou vues de l'extérieur.

La mine Caribou, située près de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, produisait du zinc, du plomb et de l’argent.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La vente éventuelle de la mine Caribou, située près de Bathurst, au Nouveau-Brunswick, fait réagir dans la région de la Baie-des-Chaleurs. Les municipalités avoisinantes s’inquiètent de ce que l’avenir réserve à ce lieu où la production de zinc, de plomb et d’argent est actuellement à l’arrêt.

La mairesse de Bathurst, Kim Chamberlain, dit espérer que la mine trouve preneur le plus rapidement possible.

Il va sans dire que la mine Caribou se veut une exploitation d’envergure avec des possibilités d’emplois directs et indirects ainsi que des retombées économiques, souligne-t-elle.

De son côté, la mairesse de Petit-Rocher, Rachel Boudreau, s’inquiète de la précarité de la ressource.

L’industrie minière est quand même limitée sur le nombre d’années. Combien de minéraux que l’on a? Ça ne repousse pas. Ce n’est pas comme des arbres. Alors j’espère qu’on pourra trouver d’autres sources, ajoute-t-elle.

En août, l’entreprise propriétaire Trevali Mining Corporation a mis fin aux activités de la mine Caribou, mettant du même coup à pied la majorité de ses employés.

Peu de temps après, la société minière s’est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

L’entreprise Trevali est à la recherche d’un acheteur depuis vendredi. Des documents judiciaires ont toutefois montré que la mine n’était pas rentable lorsqu'elle était exploitée.

Répercussions économiques dans la région

Rachel Boudreau avance que les ex-employés de la mine Caribou ne sont pas les seuls qui seront touchés par cette fermeture.

Ce sont aussi les entreprises locales qui participent au fonctionnement de la mine. Donc, ça a un impact, précise-t-elle.

De son côté, Jean-Guy Grant, directeur général du concessionnaire automobile Bayside Mazda, à Beresford, affirme que son entreprise ne subit pas les contrecoups de la fermeture de la mine pour l’instant.

Mais il n’y pas de doute qu’une petite région comme la nôtre, perdre 200 emplois, ça va être difficile, ajoute-t-il.

La mine Caribou, dans le camp minier de Bathurst, reprendra ses activités à compter du mois de février.

La mine Caribou en janvier 2021

Photo : Radio-Canada / François Lejeune

Également conseiller et ancien maire de la ville de Beresford, Jean-Guy Grant demeure relativement optimiste. Les gens du nord ou de la région Chaleur se sont toujours tournés de bord, puis on a toujours réussi à contrer ça, mais à un moment donné, ça devient de plus en plus difficile, dit-il.

Un processus supervisé par les tribunaux doit permettre de trouver un acheteur pour la mine Caribou ou de nouveaux investisseurs pour restructurer l’entreprise.

Une entente devrait être conclue avant le 14 novembre.

D’après le reportage de Mario Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !