•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La répression en Iran après la mort d’une femme tuée par la police des mœurs inquiète

Une manifestation en Iran.

Les manifestations se multiplient en Iran depuis la mort de Mahsa Amini.

Photo : Reuters / WANA News Agency

Agence France-Presse

Les Nations unies et des ONG ont exprimé mardi leurs inquiétudes face à « la réaction violente » des autorités iraniennes visant les manifestations protestant contre la mort d'une jeune femme après son arrestation par la police des mœurs, et durant lesquelles au moins trois personnes ont été tuées.

Mahsa Amini, âgée de 22 ans et originaire de la région du Kurdistan (nord-ouest), a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour port de vêtements inappropriés par la police des mœurs, une unité chargée de faire respecter le code vestimentaire strict de la République islamique d'Iran pour les femmes.

La jeune femme était en visite avec sa famille dans la capitale iranienne. Elle est tombée dans le coma après son arrestation et est décédée le 16 septembre à l'hôpital, selon la télévision d'État et sa famille.

Des militants affirment qu'elle a souffert d'une blessure à la tête alors qu'elle était en détention. Cela n'a pas été confirmé par les autorités iraniennes qui ont ouvert une enquête.

En Iran, se couvrir les cheveux est obligatoire en public. La police des mœurs interdit en outre aux femmes de porter des manteaux courts au-dessus du genou, des pantalons serrés et des jeans troués ainsi que des tenues de couleurs vives, entre autres.

Le décès de la jeune femme a suscité une vague de colère en Iran et des condamnations dans le monde.

Ces manifestations sont parmi les plus importantes en Iran depuis celles de novembre 2019, déclenchées par la hausse des prix de l'essence.

Sur des images vues sur les réseaux sociaux, on voit de nombreuses femmes présentes, certaines femmes retirant avec fougue leurs foulards et les brandissant en l'air en signe de protestation.

Des rassemblements ont eu lieu dans la capitale, mais les heurts les plus violents se sont déroulés dans la province du Kurdistan.

Trois personnes ont été tuées durant ces manifestations au Kurdistan iranien, a annoncé mardi le gouverneur de la province, cité par l'agence Fars.

Un complot fomenté par l'ennemi

Lors d'une conférence de presse, Ismail Zarei Koosha a parlé de trois morts suspectes dans différentes localités de la province et de complot fomenté par l'ennemi, affirmant que l'une des victimes avait été tuée par un type d'arme non utilisé par les forces iraniennes de sécurité, selon Fars.

Plus tôt mardi, dans un communiqué, l'ONG Human Rights Watch, basée à New York, avait rapporté que des vidéos circulant sur les réseaux sociaux et des témoignages indiquent que les autorités ont eu recours à des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et ont apparemment utilisé la force létale dans la province du Kurdistan.

Utiliser la force létale et des gaz lacrymogènes pour réprimer des manifestants qui réclament justice pour la mort d'une jeune femme après qu'elle a été arrêtée par la police renforce la nature systématique des abus des droits humains et de l'impunité de ce gouvernement, a dénoncé Tara Sepehri Far, chercheuse à l'ONG HRW, dans le communiqué.

Depuis Genève, la haute-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme par intérim, Nada Al-Nashif, a exprimé mardi son inquiétude face à la mort en détention de Mahsa Amini [...] et à la réaction violente des forces de sécurité aux manifestations qui ont suivi, souligne un communiqué du Haut-Commissariat.

Des centaines de personnes arrêtées et blessées

Selon l'organisation de défense des droits de la personne kurde Hengaw, basé en Norvège, au moins 221 personnes ont été blessées et 250 ont été arrêtées dans cette région du Kurdistan.

Des vidéos postées sur les réseaux sociaux, dans lesquelles on entend des tirs à balles réelles, ont montré des affrontements violents, en particulier dans la ville de Divandareh, entre des manifestants et les forces de sécurité.

De son côté, l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, a rapporté que quatre personnes ont été tuées dans ces manifestations, où ont été entendus les slogans Mort au dictateur ou Femme, vie, liberté.

Nous exhortons les pays qui ont des relations diplomatiques avec l'Iran, l'Union européenne en particulier, à stopper de nouveaux assassinats d'État en soutenant les demandes du peuple pour le respect de ses droits fondamentaux, a déclaré l'ONG.

Le président français Emmanuel Macron doit s'entretenir mardi, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, avec le président iranien Ebrahim Raïssi, selon la présidence française, alors que la perspective s'amenuise de relancer l'accord sur le nucléaire iranien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !