•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’envahissante moule zébrée maintenant présente dans le lac Témiscouata

De nombreuses moules zébrées entassées en pile.

La moule zébrée est une espèce exotique envahissante. Parmi ses effets perturbateurs, elle peut encombrer les prises d'eau municipales. (Archives)

Photo : David Brewster

Radio-Canada

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) annonce que la moule zébrée a été détectée dans le lac Témiscouata. Il s'agit de la première observation de cette espèce exotique envahissante au Bas-Saint-Laurent, selon le Ministère.

Par communiqué, le MFFP indique que c'est l'organisme de bassin versant du fleuve Saint-Jean (OBVFSTJ) qui a observé la présence de cette espèce après qu'un citoyen l'a averti.

Ces observations ont été confirmées par la Direction de la gestion de la faune du Bas-Saint-Laurent.

Le Ministère indique qu'il est sur place pour évaluer la situation. Un plan d'action doit être mis sur pied pour suivre le comportement des moules zébrées et prévenir son introduction dans d'autres plans d'eau de la région.

Le MFFP ajoute qu'une rencontre d'information doit être organisée cet automne pour répondre aux questions des citoyens au sujet de cette espèce.

Le lac Témiscouata, au printemps.

Le lac Témiscouata (Archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

En entrevue à l'émission Même Fréquence mardi, la directrice de l'OBVFSTJ, situé à Témiscouata-sur-le-Lac, Anne Allard-Duchêne, a expliqué comment différencier la moule zébrée de la moule indigène.

« Ce sont de petites moules qui sont beaucoup plus petites que les moules indigènes au lac, nos moules d'eau douce. Elles sont noires et blanches, c'est pour ça qu'on les appelle "zébrées". »

— Une citation de  Anne Allard-Duchêne, directrice de l'Organisme de bassin versant du fleuve Saint-Jean, situé à Témiscouata-sur-le-Lac

C'est une espèce exotique qui a un caractère envahissant. C'est arrivé dans les années 1980, à peu près, au Québec, par les eaux de ballast des bateaux. Puis, c'est présent depuis plusieurs années dans le fleuve Saint-Laurent, là où il n'y a pas d'eau salée. Dans les Grands Lacs aussi, a poursuivi Anne Allard-Duchêne.

Elle précise que la présence de la moule zébrée dans le lac Témiscouata a été confirmée il y a moins d'un mois.

Conséquences de la présence de moules zébrées

Toujours selon le Ministère, la présence de cette espèce envahissante est généralement associée à une dégradation de la qualité des habitats aquatiques.

La moule zébrée peut notamment causer des dommages aux embarcations, aux quais ou aux barrages, par exemple. Elles peuvent aussi affecter les prises d'eau potable des municipalités.

Leurs coquilles peuvent aussi s'accumuler sur les plages et causer des coupures aux baigneurs.

Mais surtout, explique la directrice de l'OBVFSTJ du fleuve Saint-Jean, les moules zébrées ont une grande capacité à filtrer l'eau. L'eau des lacs qui sont colonisés par cette espèce va donc se clarifier et laisser filtrer plus de rayons du soleil, explique-t-elle.

L'eau peut donc se réchauffer, ce qui favorise la prolifération des cyanobactéries ou le développement de plantes aquatiques.

Quasi impossible à déloger

Le MFFP ajoute qu'une fois que la moule zébrée est établie dans un milieu, il est pratiquement impossible de la déloger. Anne Allard-Duchêne abonde dans le même sens.

« Une fois que la moule zébrée a été repérée quelque part, c'est très difficile de l'éradiquer complètement. »

— Une citation de  Anne Allard-Duchêne, directrice de l'Organisme de bassin versant du fleuve Saint-Jean, situé à Témiscouata-sur-le-Lac

Elle ajoute que des mesures de prévention, dont le nettoyage des embarcations et de tout le matériel qui entre en contact avec l'eau, comme les cannes à pêche ou les rames, doivent être prises pour limiter la propagation de l'espèce dans les autres lacs des environs.

Anne Allard-Duchêne et le Ministère rappellent que trois stations de lavage sont à la disposition des usagers près du lac Témiscouata, soit à l'Éco-site de la tête du lac Témiscouata à Saint-Cyprien, à la marina du quartier de Cabano à Témiscouata-sur-le-Lac et à la marina de Saint-Juste-du-Lac.

Une station est également en train d'être installée au camping municipal de Dégelis.

Des plongeurs avancent sur le lac en bateau.

Au lac Massawippi, des plongeurs retirent à la main les moules zébrées du fond du lac.

Photo : Radio-Canada / Marion Bérubé

Anne Allard-Duchêne affirme qu'il est possible de contrôler quelque peu la prolifération de la moule zébrée, mais que cela peut s'avérer coûteux.

Elle cite en exemple la lutte qui est menée par les riverains du lac Massawippi, situé en Estrie, contre cette espèce. Ils ont embauché des plongeurs qui ramassent les jeunes moules à la main pour les empêcher de se reproduire.

Le MFFP rappelle que les citoyens peuvent signaler la présence d'une espèce exotique envahissante en composant le 1 877 346-6763, ou en communiquant avec le bureau régional du ministère ou l'organisme de bassin versant local.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !